.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une ombre...

Aller en bas 
AuteurMessage
Asaki Muora

avatar

Masculin Nombre de messages : 35
Age : 34
Localisation : Un peu partout, suffit de chercher!! °w^
Loisirs : Professeur de cuisine
Amour ? : du saké, bien évidemment *hips*
Date d'inscription : 13/03/2009

Feuille de personnage
Classe:
Particularités/pouvoirs: Matérialisation de griffes en forme de faux dentelées (depuis sa cicatrice)
Sang:

MessageSujet: Une ombre...   Sam 14 Mar - 15:06

En milieu de journée, depuis la salle de cuisine, des pas d'une allure mélancolique retentissaient dans le couloir. La porte s'ouvrit pour la première fois à une personne autre que les élèves et le personnel de nettoyage. Les éclats du soleil traversaient les larges fenêtres de la pièce, se répercutaient sur l'inox des plans de travail pour aller se miroiter, s'imprégner dans les cheveux blond platine de cet inconnu. La pièce entière s'illuminait à la présence de cet homme, qui lui semblait n'être qu'une ombre à côté de leur splendeur luisante. Légèrement ébloui, Akari enleva ses lentilles pour se frotter les yeux de sa main droite et relâcha un petit sourire.

Tout en regardant l'ensemble de la classe, Akari avança lentement vers l'intérieur de la salle, enleva l'un de ces gants et au passage caressa délicatement, comme on caresse une fleur en épanouissement, le premier poste qui se présenta à lui. Le contact froid du métal et du marbre offra un léger frisson qui n'était en rien déplaisant... Il s'y sentait comme chez lui, c'était son univers ; si bien qu'il aurait voulu se débarrasser maintenant de sa chemise blanche et de son jean noir-nuit pour enfiler sa tenue de cuisinier et commencer l'enseignement. Tout dans la salle semblaient être de son accord ; les couteaux ne demandaient que le contact de la planche en bois comme les poëles pour le contact avec le baiser brûlant du feu. Le soleil était à son zénith, ce que la salle était à son éveil. C'est du moins ce que ressent Akari...

Depuis sa promotion au poste de professeur, ce dernier était si impatient de commencer l'enseignement mais restait stressé depuis qu'il a demandé ce poste, s'amplifiant au point qu'il perdit légèrement le sommeil... Des tas de questions filaient dans son esprit tels un essaim de guêpes en furie :

*Arriverai-je à enseigner comme il se doit? Les élèves m'apprécieront-ils tout comme ma cuisine?...*

Tout cela le perturbait... Du milieu de la salle, il lança un regard discret en direction de son poste. Celui se tournait en direction de tous les autres et s'ornait en plus d'un énorme tableau noir sur le mur, dans son dos. Suspicieux, Akari s'avança doucement du poste et bientôt, s'interposa timidement derrière ce dernier. Son regard gris se portait sur l'ensemble des postes comme si on regardait une plage depuis un balcon... La même chaleur, la même sensation remplissaient son coeur de joie... Il s'imagine, là, en train d'expliquer la procédure des plats à ses chers élèves tout en surveillant leurs efforts et leurs progrès, veillant à leurs erreurs et leur ...

Son coeur fit 'un grand bond'. La douleur de sa cicatrice sur sa main gauche lui revint aussi rapidement et intensément qu'une fléche enflammée. La douleur est telle qu'il eût un réflexe qu'il semble s'être acquis depuis le temps qu'il la porte ; il se met en boule sur la pointe des pieds en plaçant sa main, recouverte de l'autre, sur son coeur. Cela semblait atténuer sa douleur, mais Akari ne voulait pas la considérer comme un handicap dans son travail. En effet, Akari connaissait les dangers de la cuisine et était l'une de ses multiples victimes... Il le sait et c'est pour cela qu'il souhaite avant toute chose veiller à la sécurité des élèves, ne désirant qu'il leur arrive la même tragédie que lui. Se remettant peu à peu de sa douleur, Akari se tourna vers les fenêtres et lâcha encore une fois un petit sourire discret, mais ce dernier semblait plus joyeux, plus expressif. Ses doutes semblaient s'être dissipés en même temps que la douleur. Fixant le ciel, il se mit au coin du poste et s'asseya à son pied. Ses yeux commençaient à se refermer de fatigue, après toutes ces émotions, il décida de se faire une petite sieste à cet endroit. Il finit par s'endormir et toujours avec ce petit sourire... il était serein, apaisant... Akari se fichait des réprimandes qu'il pourrait recevoir des membres du personnel qui passeraient dans le coin )... car il était chez lui, il était dans son univers...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une ombre...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]
» [Entraînement] A l'ombre du grand chêne
» "La Croisade de l'Ombre en Mouvement" (Prélude) (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Etablissement scolaire :: Les salles de cours :: Salle n°5 (cuisine)-
Sauter vers: