.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kinsue/Sanzo
Modo ingrat qui fait des trucs pas très nets avec sa dulcinée, Emiri, par sms ... XDD
avatar

Masculin Nombre de messages : 1368
Age : 26
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Iryumi
Particularités/pouvoirs:
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Ven 25 Déc - 4:27



Kinsue était dans sa chambre et finissait lentement sa préparation. Des chaussures noires, des chaussettes blanches, cachées par un long pantalon noir moulant sa musculature et surtout ses fesses. Une chemise blanche entrouverte sur son torse finement musclé donnant une touche intensément sensuelle, avec par-dessus, une veste noire refermée légèrement sur la chemise. Étant mal à l’aise en cravate ou nœud papillon, Kinsue avait décidé de ne rien porter. Contrairement aux apparences, cela ne faisait absolument pas négligé, c’était très élégant ; sa façon de porter ce smoking lui allait parfaitement bien, comme si le jeune homme ne faisait qu’un avec ses vêtements. Sa posture ordinairement un peu lasse s’était redressée sous ce nouveau jour, en une posture fière et élégante qui le valorisait largement. Sa bouche s’étirait en un magnifique sourire, et ses yeux d’ordinaire bleus teinté d’un léger gris était plus métallisé et malicieux que jamais formant un mélange envoûtant. Il prit le peigne non loin de lui et entama la séance de coiffage : tout d’abord, l’adolescent tenta de plaquer ses cheveux, chose qui bien évidemment ne fonctionna pas, il y avait toujours une biquette survivante, il avait beau forcer, il ne faisait plus que de s’arracher davantage les cheveux que de les soigner. Il alla donc les laver une nouvelle fois, rejeta la serviette derrière, sur un meuble et recommença. Il tenta cette fois de faire des pics, au premier essai, il n’aima absolument pas cette coiffure et la détruisit totalement. La troisième fois, il prit le temps de chercher une coiffure, déjà las de recommencer encore, appuyé sur le lavabo, il s’observa dans le miroir, ses cheveux trempé, l’eau dégoulinant dans son cou, puis sur la serviette, placée sur ses épaules. Pour lui, les laisser de façon naturelle, serait trop habituelle et il voulait surprendre ce soir là. Effectivement, Emiri était sa cavalière en cette merveilleuse soirée, et il était hors de question pour le jeune homme de paraître comme chaque jour banal. Finalement, il les laissa tel quel et pensa qu’en séchant, il se mettrait en place seuls, tant pis, car en regardant sa montre, il constata qu’il n’était effectivement plus à l’avance du tout, oui, a ressayé plus de 3 fois une coiffure, cela prend du temps à la longue. Tout était impeccable, il s’avança dans le couloir seul, il devait rejoindre sa cavalière au bal c’est pour cela qu’il ne devait absolument pas être en retard. Il se mit à marcher rapidement, dévalant les escaliers avec un grand sourire ineffaçable. Il traversa le hall qui était ornée de ses couleurs chaudes de noël. Le jeune homme ouvrit les larges portes d’entrées de la pension et sortit du bâtiment. Les escaliers se présentèrent devant lui, bien sûr, avec de telles jambes, Kinsue n’eut aucun mal à dévaler les marches de pierres, bien qu’elles soient nombreuses. Il se mit à courir vers la grande place là où se situait le bal. Alors que Kinsue se dirigeait à grands pas vers la place, il vit se dresser devant lui, le majestueux et imposant sapin de noël. L’élégance et l’aura chaleureuse que cet arbre dégageait, donnait à Kinsue une bonne humeur. L’adolescent était l’un des premiers à être arrivé, quelle chance ! C’était comme dans un rêve, il n’avait plus qu’à attendre sa petite princesse qui ne saurait tarder, car à en voir l’heure, le bal commencerait que dans une vingtaine de minutes, et Kinsue pouvait déjà voir des couples arriver. Kinsue croisa les bras, et attendit patiemment debout. Emiri ; ce prénom tournait inlassablement dans sa tête, il pouvait presque sentir l’odeur enivrante de la jeune femme, toucher ses cheveux fins et soyeux et regarder ses yeux pétillants malgré son œil droit manquant. Il désirait au plus profond de lui revoir ses jolies courbes dans une robe qui ne ferait que la valoriser. Depuis l’annonce de ce bal, Kinsue n’avait que rêvé de danser avec Emiri, rien que de la faire sourire, de la faire danser, voir son corps se coller au sien lui provoquer un énorme frisson de bien être. À cet instant c’était son souhait le plus cher. Kinsue se mit à rougir inconsciemment, cela faisait plus de deux mois que les tourtereaux sortaient ensembles, et le chargé de corvée avait l’impression que leur amour avait été éternel depuis toujours :

« Aaah, j’ai trop hâte… »

Il était très joyeux, et finalement, avec sa coupe de cheveux un peu bizarre, il décida d’acheter un bonnet de père noël qu’il orna sur sa tête, fier de son nouveau chapeau. Il se retourna et revint en plein centre de la place. Kinsue avait un grand sourire, on pouvait faire deux cadres de lui désormais. En prenant que sa tête, l’esprit de noël ressortait largement, alors que l’autre partie composée uniquement de son smoking ne formait que la partie élégante et se sensuelle du jeune homme. Les deux cadres pouvaient paraître certes incohérents mais Kinsue trouvait cela très comique et jovial. Il guettait chaque personne qui passait devant lui, plissant les yeux et penchant la tête sur le côté pour apercevoir sa petite amie. Soudain, il la vit, rayonnante ; il se mit à sourire bêtement malgré lui et s’avança instinctivement vers elle tout joyeux de la retrouver, bien qu’ils ne s’étaient séparer que dans l’après midi.

_________________


"Ex-délinquant avoue avoir un penchant pour un ange ♥."

Spoiler:
 
    { Couleur d'édition }


Dernière édition par Kinsue/Sanzo le Mar 16 Mar - 11:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-01.forumactif.com/
Emiri Eman
PP-makers
avatar

Féminin Nombre de messages : 518
Age : 25
Localisation : Pas loin...
Amour ? : Il est tellement génial. Il me comprend si bien. Je l'aime plus que ma propre vie, plus que n'importe qui. Kinsue. Rien que son prénom me fait frissoner 8D
Date d'inscription : 08/01/2009

Feuille de personnage
Classe:
Particularités/pouvoirs: Hermaphrodite les jours d'orage, atteint une force, une agilitée ainsi qu'une amelioration de la vue peu commune et très elevée lorsqu'elle se transforme. Elle va pouvoir acceder à ses pouvoirs sans orage, et sans transformation. Elle peut liberer une quantitée d'energie plus où moins puissante qui crée une onde de choc et peut faire reculer ses adversaires, non maîtrisé et non découvert.
Sang: Humain

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Dim 27 Déc - 14:18

Emiri se préparait. Sa robe était étendue sur le lit, elle était prête à être enfilée dans l'instant. Mais la jeune fille, elle, s'affairait dans la salle de bain, encore en sous vetements. Ce soir c'était le bal, son tout premier bal à vrai dire. Jamais elle n'avait assisté à quelque chose de similaire, enfiler une robe de soirée, se faire belle et retrouver son cavalier lui était complètement inconnu. Ce qui augmentait le stress. Si elle avait prit une robe trop voyante, Que ferait-elle ? Et si elle était déparaillée avec Kinsue, s'il n'aimait pas sa façon de s'être habillée... ? Mais le grand changement de la journée, ce pourquoi elle se regardait dans la glace depuis presque dix minutes, c'était ses cheveux. Blancs comme la neige. Elle les avait décolorés il y avait à peine 3 heures. Son visage lui parraissait pâle, et elle avait du mal à se refaire à ses deux iris pourpres. Elle qui se cachait depuis plusieurs années déjà... Elle s'était enfin assumée, toute entière. Cela lui allait-il mieux qu'avant ? Elle n'aurait su le dire. Elle se souvenait encore des brimades des autres consernant son apparence, des blessures de son coeur. Elle ne voulait plus jamais les entendre, mais elle se disait qu'ici les gens étaient différents, peut-être plus cléments. Et de toute façon, qu'est-ce qu'elle en avait à faire hein... ? Elle l'avait dit à Kinsue le premier jour où ils s'étaient rencontrés, qu'elle avait les cheveux blancs. Elle avait confiance en lui, il devrait aimer... Il n'avait rien dit quand elle les avait rendus noirs, enfin le changement n'était pas aussi fort que celui d'aujourd'hui. Elle cligna doucement des yeux, essayant de se faire à sa nouvelle apparence. Evidemment, elle était vraiment très jolie. Une vraie clarté emmanait de son visage d'ange, ses cheveux blancs relevés délicatement en hauteur le dévoilait et donnait une sensation de puretée et de propre. Ses pommettes étaient légèrement rougies, ses grands yeux rouges ornés de mascara et de crayon noir, augmentant l'intensitée sombre de ses orbres pourpres. Ses lèvres bien dessinées étaient naturellement rosies, elle ne voulait rien mettre dessus, détestant le gloss. La jeune femme se recula doucement et s'observa dans le miroir. Ses sous vetements étaient un peu vieux mais, de toute façon il ne les verrait pas. Sauf si... sauf si quoi ? Non non, il ne les verrait pas. Elle se mordit la lèvre et décida quand même d'en changer, des plus sobres mais neufs au moins. Elle se trouvait un peu ridicule, il ne se passerait rien après tout, ce n'était qu'un bal. Et sa robe n'allait pas de déchirer en lambaux en beau milieux de la piste de danse. Elle releva quelques cheveux qui s'étaient échappés de sa coiffure, malgré le fait qu'ils soient laissés libres exprès, et alla prendre sa robe doucement. Elle était rouge, sombre comme ses yeux. Assez longue, voletant à chacun de ses mouvements, elle était très légère. Et surtout très jolie. Parée d'un décolleté qui était tout sauf provocant et d'une ceinture en dessous de celle ci, elle partait, évasive, et sculptait ses formes en fonction de ses mouvements. Elle lui allait parfaitement, elle n'aurait pu trouver meilleure robe, même à plus chère. Car oui, elle avait économisé pour pouvoir se l'acheter. Au départ l'argent qu'elle avait utilisé était sensé servir pour qu'elle puisse s'acheter un nouveau téléphone, mais le sien étant toujours en bon état et pas trop vieux, elle avait abandonné et s'était rabattue sur le bal. Elle était donc là, devant la glace de son armoire, à se demander si tout cela était joli ou non. Emiri s'observait sous tous les angles, reglant chaque détail, vérifiant l'heure fréquemment de peur d'arriver en retard. Son coeur battait la chamade, elle ne savait pas si elle oserait sortir ainsi vêtue dans le couloir, elle qui n'aimait pas trop qu'on la remarque. C'était peine perdue car ce jour là, elle était tout simplement éclatante de beautée. Les chaussures près de la porte furent enfilées, la relevant de plusieurs centimètres, elle prit un vetement pour se couvrir les épaules dans le froid de l'hiver puis posa la main sur la poignée de la porte. Allez, courage, tout était prêt, et elle allait rejoindre Kinsue !

L'exaltation s'était éprise d'elle. Emiri avait tellement envie de le retrouver là tout de suite ! Il lui manquait, même si elle l'avait vu aujourd'hui. Il allait être encore plus beau que d'habitude dans son smocking, comme il lui avait dit qu'il en mettrait un. Son pas s'accélèra doucement, elle évitait de marcher trop vite pour ne pas froisser sa robe, mais elle avait plus que tout besoin d'être avec lui. Elle ne prettait même pas attention au décors, son regard volettant de part et d'autre pour le trouver parmi tout ces élèves. Elle arriva sur la place, là où ils devaient se retrouver normalement. Emiri s'arrêta de bouger et le chercha frénétiquement des yeux, se hissant sur la pointe des pieds car même avec ses talons elle était petite au milieu de la foule. Soudain elle le vit, encore plus beau qu'elle ne l'avait imaginé. Ses lèvres se fendirent en un grand sourire rayonnant et elle marcha vite vers son petit ami, se retrouvant devant lui. Elle déposa un petit baiser sur sa bouche, avec difficulté car il était grand, lui.

- Hey ! Tu es trop beau ! C'est mignon ton bonnet....

Elle eut un rire.

[Voilà, j'ai pas mon correcteur d'orthographe alors excuse moi pour les fautes ! Il est pas très long mais au moins j'ai posté, je sais pas si je serais aussi rapide la prochaine fois, je suis en retard sur beaucoup de rp i__i]

_________________
Merci Kiki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinsue/Sanzo
Modo ingrat qui fait des trucs pas très nets avec sa dulcinée, Emiri, par sms ... XDD
avatar

Masculin Nombre de messages : 1368
Age : 26
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Iryumi
Particularités/pouvoirs:
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Mer 30 Déc - 13:47

[J'avais un de c'est putains de gros blanc O_O j'avais plus rien à dire à un moment MDRRRR]




Entendre son rire était l’une des meilleures chose pour Kinsue, elle était tout simplement radieuse. Son regard se faufila sur ses courbes légères et harmonieuse dans l’ensemble, son regard glissa sur ses formes généreuses, son regard contempla son petit changement au niveau du visage ; elle avait déteint ses cheveux, et retiré ses lentilles de contacts. La neige tomba doucement autour d’eux, mais il ne faisait pas si froid que cela, Kinsue avait craint qu’un froid sec s’installe, alors que pas du tout finalement. C’était juste beau à voir. C’était noël. Sa main se leva et s’engouffra dans les cheveux blancs et soyeux d’Emiri, Kinsue ne pu s’empêcher de sourire :

« Et bien, on est assortit dis donc, ma Mama Noël à moi… »

Il lui fit un clin d’œil et déposa un doux baiser au coin de ses lèvres. Il rajusta son bonnet de noël, releva la tête vers le ciel, et la neige vint se loger sur son nez, il se mit à rire et c’était beau ; le froid mordant ses joues les faisaient rosir, et le fait qu’il éclate de rire, faisait un trait beau portrait de lui. Il caressa la tête d’Emiri et joua avec ses cheveux :

« Mmh, j’aime ton nouveau et naturel toi. C’est mignon… J’aime beaucoup. »

Ses yeux étaient malicieux, pétillant de joie et de mystère. Il prit doucement sa main, entrelaça ses doigts avec les siens, il ramena la jeune femme contre lui de son autre main, prêt à danser un slow. Son premier slow, leur premier slow. Cette idée lui faisait bizarre, leur relation était vraiment sérieuse. Il était content, il voulait Emiri. Tout entière. Il se levait pour elle, il souriait pour elle, il respirait pour elle… Tout pour elle, il lui offrirait la lune s’il pouvait sauter haut. Kinsue nicha sa tête dans le creux du cou de la jeune femme, son souffle caressa doucement sa nuque, exprès, puis il commença ce qu’il avait envie de faire depuis un bon moment. Sa main droite lâcha la main d’Emiri, et vint se loger dans son dos rejoignant son autre main, il se mit à caresser doucement son dos au rythme lent de la danse. Ses lèvres frôlèrent la peau de son cou, sensuel et heureux de la retrouver. Il déposa de rapides petits baisers dans son cou, la marquant de son amour pour elle. La danse était sublime, ils ne faisaient qu’un ou presque, Kinsue se mit à sourire :

« Emiiiii, on va dans ta chambre après ? »


Il quitta son cou, se redressa pour la regarder, et attendre une réponse. Il mit ensuite la tête de la jeune femme contre son torse, et observa les autres couples présent. Parmi eux, il distingua Lloyd et Iku. Il soupira ensuite de bonheur en sentant les formes de sa petite amie. Kinsue constata aussi que sa gorge était sèche, très sèche. Il interrompit la danse et se dirigea vers le banquet, là où il prit un verre de jus de fruit et le bus doucement, puis se tourna vers Emiri :

« Hey hey baby =D »

Il croisa les bras et lui fit les yeux doux. Il regarda ensuite un peu partout, et l’entraîna dans une autre danse douce, lui murmurant des mots doux au creux de son oreille :

« Tu es la plus belle ce soir… Je vais faire des jaloux… »

Il hésita un instant, puis cédant à son envie, glissa sa main sur les fesses de la jeune fille, un geste tendre, montrant son affection et prouvant aux autres qu’elle lui était sienne. Kinsue poussa un soupire conquis, il était tout simplement heureux, heureux d’être dans ses bras en cette chaleureuse soirée. Heureux d’être avec elle, partageant ce moment d’apparence banal mais intime en vérité. Leurs corps étroitement serrés dans une danse longue, tendre et langoureuse, faisait que Kinsue était sur son petit nuage et qu’il n’avait nullement l’attention de le quitter. Emiri était tout ce qu’il espérait. Tout.

_________________


"Ex-délinquant avoue avoir un penchant pour un ange ♥."

Spoiler:
 
    { Couleur d'édition }


Dernière édition par Kinsue/Sanzo le Lun 25 Jan - 18:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-01.forumactif.com/
Emiri Eman
PP-makers
avatar

Féminin Nombre de messages : 518
Age : 25
Localisation : Pas loin...
Amour ? : Il est tellement génial. Il me comprend si bien. Je l'aime plus que ma propre vie, plus que n'importe qui. Kinsue. Rien que son prénom me fait frissoner 8D
Date d'inscription : 08/01/2009

Feuille de personnage
Classe:
Particularités/pouvoirs: Hermaphrodite les jours d'orage, atteint une force, une agilitée ainsi qu'une amelioration de la vue peu commune et très elevée lorsqu'elle se transforme. Elle va pouvoir acceder à ses pouvoirs sans orage, et sans transformation. Elle peut liberer une quantitée d'energie plus où moins puissante qui crée une onde de choc et peut faire reculer ses adversaires, non maîtrisé et non découvert.
Sang: Humain

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Ven 22 Jan - 22:26

« Mmh, j’aime ton nouveau et naturel toi. C’est mignon… J’aime beaucoup. »

Emiri rougit doucement et un léger sourire vint trouver ses lèvres entrouvertes. Ses deux iris empreints d’une couleur pourpre puissamment sombre lui donnaient une impression de mystère, et l’éclat malicieux de ses pupilles, rejoignant celui de son petit ami, illuminait son visage dont la pâleur lunaire resplendissait. Sa tête se logea dans son cou tandis qu’il l’entraînait pour un slow, la jeune femme ferma doucement les yeux. Quel bonheur. Quelle plénitude de se trouver ainsi dans ses bras chaud, contre son torse, dans son nid irradiant de cette chaleur réconfortante qu’elle avait toujours tant aimé. Kinsue… Comment décrire cet homme qu’elle aimait tant… Doux, et gentil… Il avait ce sourire si tendre quand il la regardait, son cœur enflait au moindre échange de regard. Il la rendait si heureuse, elle se sentait pleine comme jamais. Mieux qu’à chaque minute de chaque heure de chaque jour de chaque année de sa vie. Surtout en cet instant. Il déposa de doux baisers dans son cou tandis qu’un long frisson s’éprenait de tout son être. Son Kinsue… C’était elle qui était dans ses bras ce soir, elle parmi tant d’autre. Elle, Emiri… Sa petite amie… Elle leva le visage vers lui et sourit….
Mais comme tout n’est pas parfait… ce furent ses paroles qui gâchèrent ce moment si unique. Paroles non pas dramatiques… Mais qui voulaient dire beaucoup pour Emiri :

« Emiiiii, on va dans ta chambre après ? »

Emiri leva son regard vers le sien en fronçant les sourcils, son visage s’était recouvert d’un masque de frayeur. Comment ça dans sa chambre… Qu’est-ce qu’il voulait dire par là… Elle avait bien sur envisagé les suites que pouvait prendre la soirée… Mais ce n’était pas un peu… rapide ? Effectivement ils n’en étaient qu’à leur premier slow… Elle décida de ne pas répondre, cette question la dérangeant, elle la mit de côté et, s’il lui reposait, elle lui demanderait clairement ce qu’il entendait par là. Il se détacha de ses bras et malgré toutes ces questions muettes elle eut un petit pincement au cœur en le voyant s’éloigner vers les boissons. Ce n’était peut-être rien… Il comptait peut-être juste monter dans sa chambre pour… Dormir ? … Emiri n’était pas naïve. Elle ne croyait pas du tout à cette possibilité. Après ce qu’elle avait fait et ce qu’elle savait des hommes, elle n’en était pas à sa première expérience. Mais Kinsue était différent de tout ce qu’elle avait pu vivre auparavant. Il était mieux que tous ceux qu’elle avait pu côtoyer au cours de l’année qui précédait son hospitalisation… Elle devait avoir confiance en lui… Après tout, ce qui devait se passer allait devoir se passer… Paniquer ne l’avancerait à rien… Mais s’ils devaient aller plus loin tous les deux, elle s’était promis de tout lui raconter. Tout.
Kinsue revint entamer une nouvelle danse quand il eut finit de boire son verre de jus de fruit. Elle s’était détendue, sentir son odeur l’avait calmée, à quoi bon paniquer…

« Tu es la plus belle ce soir… Je vais faire des jaloux… »


Un sourire doux flotta sur ses lèvres et elle leva le visage vers lui pour déposer un baiser sur ses lèvres, lui soufflant un petit je t’aime emprunt de douceur. Elle appuya doucement sa joue sur son épaule et ferma les yeux. Mais elle les rouvrit bien vite en sentant sa main onduler sur le tissus de sa robe pour glisser jusqu’à ses fesses. Elle ne sut que faire en cet instant. Ce simple geste, Ce tout petit geste futile fit monter une vague de panique extrême. Sa respiration s’emballa, elle ferma les yeux et serra ses mains sur le tissus de sa veste de smocking. Son corps était entièrement crispé. Ce geste intime tant de fois répété par tant d’hommes sur elle avait le don de la faire paniquer. Elle en avait presque envie de pleurer. Dans un élan de courage, elle prit la main du jeune homme, tremblante, et la remonta avec peu de conviction.

« P-Pardon mais… Ne fait pas ça… ça me… »

Elle baissa doucement la tête et s’immobilisa.

« Je reviens, je vais aux toilettes. Surtout ne bouge pas, attends moi là hein… Ne pars pas sans moi… »

La crainte qu’il s’en aille repris le dessus. Elle commença à aller vers les toilettes puis s’arrêta et se retourna vers lui. Elle avait l’impression de l’abandonner. La jeune femme se mordit les lèvres et fit un pas vers lui… Puis recula… Non, sincèrement elle avait vraiment envie d’aller aux toilettes, et de plus elle avait vraiment besoin de réfléchir. Qu’est-ce qu’elle devait faire ? Finalement, elle revint le voir, déposa un baiser maladroit et incertain sur ses lèvres puis fila vers les toilettes d’un pas rapide. En y arrivant, elle s’appuya au lavabo… Fixant son reflet dans les yeux, elle se demandait bien quoi faire. Quoi penser, devait elle le laisser faire puis l’arrêter quand il allait trop loin ? Ou stopper tout contact trop proche… ? … Le seul problème était qu’elle en avait envie, envie de pouvoir le toucher sans contraintes. Elle aurait tant voulu ne pas être retenue par ce fil invisible. … Mais si elle allait trop vite avec Kinsue, peut-être se lasserait il rapidement… ? Emiri se retourna. Ils étaient si heureux tous les deux. Pas de disputes pour le moment, ou quelques broutilles inutiles. Elle avait envie que ça dure, elle était déjà passée par trop de garçons auparavant… Cela suffisait… Etait-ce le moment de tout lui dire… Maintenant ? Gâcher cette soirée par ces révélations qui lui feraient aussi mal à elle qu’à lui ? C’était comme remuer le couteau dans la plaie… Elle n’osait pas imaginer dans quel état elle serait s’il le prenait mal. Mais elle se promit d’accepter sa décision avec calme, et de ne pas l’influencer. Après tout ils s’aimaient non… ?
Elle avait beau se le répéter, en prenant le chemin pour le rejoindre, mais… Un doute planait encore en elle, même si elle l’aimait, même si elle pouvait tout faire pour lui. Qu’en était il de son côté ? Il fallait qu’elle lui dise. Oui. Maintenant. Elle vint se placer devant lui et prit sa main, puis se mit sur la pointe des pieds pour murmurer d’une voix faible à son oreille :

« Il faut que je te parle… … »

_________________
Merci Kiki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinsue/Sanzo
Modo ingrat qui fait des trucs pas très nets avec sa dulcinée, Emiri, par sms ... XDD
avatar

Masculin Nombre de messages : 1368
Age : 26
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Iryumi
Particularités/pouvoirs:
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Sam 23 Jan - 0:27


Et voilà, il s’en doutait. Elle était crispée, il l’avait sentit au moment même du contact. Ses petits poings s’étaient refermés sur sa chemise. Kinsue se sentit s’empourprer, c’était une erreur, mais il était tellement sûr de lui. Tellement confiant dans ses bras qu’il avait succombé à la tentation, bien qu’il est hésité un peu. Imbécile. Puis, il sentit ses mains rejoindre celle sur son postérieur, olala. Là, c’était une réaction qui n’était pas bonne du tout. Elle leva son regard vers lui et le fixa longuement, il se mit à rougir un peu plus, ne comprenant pas vraiment pourquoi elle le repoussait ainsi. Même, il avait aperçut son léger malaise précédemment, mais il ne savait pas quelle en était la raison. De plus elle tremblait. Quand Emiri tremblait c’était pas bon du tout. Comme la fois où elle avait avoué quel était son pouvoir, elle tremblait, pourtant Kinsue s’en fichait un peu finalement de quel était son pouvoir. Du moment qu’elle était en bonne santé et heureuse. C’est tout ce qui l’importait, pourtant, à cet instant, il avait l’impression qu’il allait la faire pleurer. Sa main se plaça sur son cœur ratant un battement, par peur soudaine. Qu’avait-il fait de mal ? Il ne comprenait pas. Pourquoi, pourquoi elle le regardait avec cette frayeur ? Qu’avait-il fait ? la question lui brûlait les lèvres mais resta coincé au creux de sa gorge. Il était bloqué, il ne savait plus quoi faire, quoi dire, qui regarder. Il commença à avoir honte de ce qu’il était, de son comportement, de ses mots.

« P-Pardon mais… Ne fait pas ça… ça me… »

Emiri !! Ca te quoi à la fin ? Dis moi ! Je suis ton petit ami… Pourquoi tu n’arrives pas à finir cette phrase ? Je pourrais lire dans tes pensées mais je m’en voudrais encore plus par la suite. Oh Emiri, s’il te plaît dis moi ! Je VEUX savoir, mais je ne veux pas te forcer. Dis moi ce que je dois faire ! Pourquoi es-tu soudainement effrayée ? Pourquoi tu ne cries pas ? Pourquoi, pourquoi Emiri ? Tu me fais mal parce que tu préfères le silence, n’étions nous pas censés tout nous dire ? La confession fait partie d’un couple, la confiance aussi. N’as-tu pas confiance en moi ? Tes yeux expriment de l’effroi vis à vis de moi, comment dois-je l’interpréter ? J’aurais envie de te crier de me parler, de me dire avec tes simples mots. Juste une réponse à ce : pourquoi ?J’ai envie de hurler, pourquoi je te fais si peur alors que je t’aime et que je ne veux que ton bonheur ? Tu as mal, je le sais. Mais pourquoi ? Je ne voulais que te plaire, que te faire plaisir. J’aimerais tellement que tu me le dise. En cet instant c’est mon vœux le plus cher. Je me sens maudit, je me sens minable. Je ne connais pas la raison de ton soudain malheur mais en tout cas je me sentais…

« Je reviens, je vais aux toilettes. Surtout ne bouge pas, attends moi là hein… Ne pars pas sans moi… »


… coupable.

Kinsue n’eut pas le courage de dire quoique ce soit. Il baissa doucement la tête. Elle l’avait planté en plein slow, devant tout le monde, en plein milieu de la place. Malgré ça, le sentiment d’humiliation n’était pas aussi fort que celui de la culpabilité. Il se foutait bien qu’on le regarde. Il ne pensait qu’à elle. Il était focalisé sur Emiri. Peut-être regrettait-elle finalement ? Il la vit revenir, il n’osa pas sourire de peur qu’elle ne le requitte. Effectivement, c’était le cas, un seul maigre baiser au coin des lèvres et la revoilà partie. Solitude. Il regardait ses pieds, puis se dirigea lentement vers le banquet. Il tremblait de tout son être. La peur s’empara de son estomac, si bien que quand il commença à boire son jus de fruit, il failli tout renvoyer, heureusement, il se retint de peu. Son ventre était tordu d’angoisse. Il était inquiet pour lui, pour elle, pour eux. Allait-elle le quitter ? Finalement, il n’était pas un très bon petit ami… C’est vrai qu’à part être jaloux de Kyle, s’embrouiller pour un rien, Kinsue n’avait pas beaucoup avancer. Pourtant, il se dit que sans toutes ces actions, le destin n’aurait peut être pas fait le rapprochement entre lui et Emiri.

En fin de compte, c’était pas si mal. Emiri, tu me quittes c’est ça ? Suis-je si mauvais que cela ? Tu sais, j’aurais vraiment aimé que tu me le dise plutôt que de fuir. Là, je suis confus, je ne sais rien, je suis angoissé et Dieu sait que je déteste ce sentiment. … Emiri s’il te plaît, reviens, je t’en prie…
Pourquoi ça finit encore mal ? …


Kinsue n’arrêtait pas de se poser des questions, et plus le temps avançait et plus il se trouvait pathétique. Il passa sa main dans ses cheveux et observa l’endroit où il se trouvait un instant plus tôt. Au centre, seul, humilié mais surtout fautif. Mais fautif de quoi à la fin ? N’aurait-il jamais la réponse ? Il se leva et se planta au lieu exact où elle l’avait quitté. C’est à ce moment précis qu’il aperçut sa silhouette arriver vers lui. L’espoir revint se loger dans son cœur.

Je suis stupide d’avoir pensé tout ça, Emiri est une femme si parfaite. Je suis un idiot, idiot !! On s’aime c’est évident.

Il crut un instant qu’ils pourraient reprendre le slow comme ils l’avaient suspendu. Il se trompait. Elle passa sa tête dans son cou et lui souffla à l’oreille :

« Il faut que je te parle… … »

… En tout cas c’est ce que je croyais… Mais, que se passe t-il Emiri ? Quel est ton secret ?

« H-hein ? M-mais… »

Peur bleue.

_________________


"Ex-délinquant avoue avoir un penchant pour un ange ♥."

Spoiler:
 
    { Couleur d'édition }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-01.forumactif.com/
Emiri Eman
PP-makers
avatar

Féminin Nombre de messages : 518
Age : 25
Localisation : Pas loin...
Amour ? : Il est tellement génial. Il me comprend si bien. Je l'aime plus que ma propre vie, plus que n'importe qui. Kinsue. Rien que son prénom me fait frissoner 8D
Date d'inscription : 08/01/2009

Feuille de personnage
Classe:
Particularités/pouvoirs: Hermaphrodite les jours d'orage, atteint une force, une agilitée ainsi qu'une amelioration de la vue peu commune et très elevée lorsqu'elle se transforme. Elle va pouvoir acceder à ses pouvoirs sans orage, et sans transformation. Elle peut liberer une quantitée d'energie plus où moins puissante qui crée une onde de choc et peut faire reculer ses adversaires, non maîtrisé et non découvert.
Sang: Humain

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Dim 24 Jan - 15:06

[Poste un peu glauque... Fallait bien qu'elle le raconte un jour i_i]


Emiri eut un moment d’indécision… Devait-elle vraiment lui dire… ? La jeune femme avait si peur… Qu’il la quitte après qu’il eut sut ce qu’elle voulait lui dire… Tellement peur de remuer tous ces souvenirs, de revoir ces scènes, de sentir dans ses entrailles la peur de la première fois, de revoir son visage, oh non. Pas son visage. Ses grands yeux verts, son teint légèrement halé, ses cheveux noirs toujours ébouriffés… Plus jamais oh non, plus jamais… Ses yeux se rouvrirent, un léger voile troublant sa vision par des larmes qui menaçaient de couler. Elle renifla et se repris puis lui pris la main pour l’entraîner à l’écart. Elle entrelaça leurs doigts et profita de ce contact chaud qu’elle espérait retrouver par la suite, après qu’elle lui aie tout dit. Les bruits du bal s’estompèrent au fur et à mesure qu’elle se dirigeait vers les jardins de Mahora. Seuls leurs pas résonnaient sur le sol. Emiri choisit un banc sous un grand arbre, près d’un lampadaire. L’endroit était calme, allez, maintenant il la regardait, c’était parti. Sa respiration tremblotait, elle avait réellement peur, mais il était trop tard. Alors, après quelques hésitations, elle se lança… :

« B-Bon… … Je vais commencer par le début de ce que je me souviens ce sera plus simple. Comme tu le sais mon enfance à toujours été une zone d’ombre. Je n’ai jamais eu de parents et pendant les années d’avant mahora… J’ai fais plusieurs… Enormes bêtises. Quand j’ai été internée dans mon orphelinat, j’avais 9 ans. J’y ai passé 4 ans et demi, puis je me suis enfuie avec une jeune fille que j’avais rencontré dans un parc. Elle me parlait toujours de pleins de choses géniales, de gens fantastique, de la liberté qu’elle avait dans les vieux quartiers, elle se faisait son argent toute seule mais… Je n’avais pas compris comment. Je l’ai suivie en pensant que la vie là bas serait toujours mieux que mon pensionnat… J’avais tord, du moins, pas au début. Des le premier soir, elle m’a emmenée avec eux. J’ai rencontré un garçon… Qui avait quatre ans de plus que moi et… On est tombés amoureux très vite. Puis, j’ai fumé ma première cigarette, et mon premier pet… Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Nous nous aimions sans contraintes. Mais autour de moi tout n’était pas rose, Lin, mon amie… Avait un travail très spécial… Elle… Elle se vendait… pour une heure, une nuit… Ou plus… Et… Max, l’homme que j’aimais, m’a demandé d’aller avec elle pour qu’on se fasse de l’argent, parce qu’il ne parvenait plus à payer nos doses avec ses propres sous. L’idée m’horrifiait, mais… J’étais droguée, j’en avais encore besoin, de plus, et seul ça pouvait nous les payer. Je… »

Elle fit une courte pause, le plus dur était à venir. Ses mains tremblaient, sa voix n’était qu’un murmure tremblotant, elle n’osait même pas le regarder de peur de voir son visage dégoûté par ce qu’elle avait fait. Mais ce n’était pas finit. Non… Il restait encore des choses à dire…

« … Donc… Je suis allée avec Lin… Pendant plusieurs mois, tous les soirs ou presque… Max n’avait pas l’air d’être jaloux, je lui ramenait de l’argent je suppose que ça lui suffisait… Il se transformait de jour en jour, plus colérique, plus violent, et je ne m’en rendait pas compte. Parce que moi aussi j’étais abrutie par la drogue. Je ne ressemblais pas à ce que je suis aujourd’hui. Du noir sous les yeux, mal démaquillée, avec des vêtements… … J’étais amaigrie, encore plus pâle que maintenant, je prenais facilement mon poignet dans ma main… J’étais maigre, le reflet de moi même. Je me détruisais avec la drogue, l’alcool, et le sexe, puis… Finalement… Un jour… J’ai pris conscience que… ça ne pouvait plus continuer… J’ai fais mes affaires, et… Au moment où j’ai ouvert la porte pour partir… Max… était… là… »

Sa voix dérailla, elle passa sa main sur son visage en soupirant. Non… Elle ne voulait pas en parler… Elle ne voulait pas se remémorer ce moment si atroce qui l’avait détruite… Cette chose qui la bloquait, plus jamais elle ne voulait en parler. Mais il devait savoir, au moins lui. Elle prit son courage à deux mains, un long soupir, et se lança, le regard dur et la voix ferme. Elle avait fermé le loquet de ses émotions.

« Il a voulu m’obliger à rester, mais il n’a fait que me forcer à partir encore plus… Ce qu’il a fait… m’a traumatisée… Il m’a… Il… Il a abusé de moi, il m’a frappé et il m’a dit des choses si… Horribles… Qu’en me laissant ainsi sur le sol sale, quand il s’en fut allé, je n’avais qu’une seule envie : Mourir. Mais, il y avait une seule chose qui me faisait garder espoir… »

Elle ne voulait pas parler de cette chose. Alors, elle passa ce moment. Puis, sans grand entrain, sa voix molle finit de raconter son histoire lugubre, le vent soufflait doucement sur les jardins, son visage recouvert par ses cheveux n’exprimait que douleur et tristesse.

« J’ai oublié mes affaires dans ma chambre. La seule chose que je souhaitais était de m’enfuir. Partir d’ici, je ne sais où, mais m’enfuir. Je me dirigeais vers la rue, Max débarqua dans la ruelle. Après une course poursuite, je débarquais dans les quartiers animés, la où il y avait des voitures et des passants. J’en percutais un qui me repoussa violemment puis… j’ai trébuché sur la route et je me suis faite renverser par un camion. Je ne sais pas pourquoi je suis encore vivante, moi, mais j’ai passé des mois à l’hôpital. Aussi blessée moralement que physiquement. Voilà. Après je t’ai rencontré. Je n’ai rien d’autre à dire… … Pardon… »

_________________
Merci Kiki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinsue/Sanzo
Modo ingrat qui fait des trucs pas très nets avec sa dulcinée, Emiri, par sms ... XDD
avatar

Masculin Nombre de messages : 1368
Age : 26
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Iryumi
Particularités/pouvoirs:
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Lun 25 Jan - 11:31



Emiri arriva donc devant Kinsue. Elle avait l’air incertaine, toujours cet air effrayé peint sur son beau visage. Au moins elle était revenue c’était déjà un bon point, mais pour quoi dire finalement ? La peur le tétanisa un peu, la peur qu’elle le quitte. La peur de se retrouver seul après un amour un sens unique. Si elle le quittait il n’en ferait pas des tonnes, il respecterait son choix mais…

Je souffrirais… Emiri dis moi que tu ne vas pas me quitter par pitié. J’aimerais tellement croire en notre couple, mais penser à une éventuelle séparation me déchire le cœur. J’ai perdu toute mon assurance durement gagnée autrefois. Mon estomac se tord, j’ai les mains moites, je tremble légèrement, je suis très pâle. Pourtant le fait que tu m’emmènes loin du bal malgré ton doux contact au niveau de nos mains ne fait qu’augmenter mon angoisse. J’ai l’impression que tu veux me donner courage pour mieux accepter la fin. Là, je te vois me tirer, je te vois de dos, j’ai l’impression que tu me quittes déjà à moitié, nos regards se sont quittés mais je voudrais tellement replonger mon regard dans tes orbes vermeilles. Tes yeux magnifiques… Je meurs sans toi… En tout cas je préférerais, imagines-tu à quel point je pourrais souffrir sans toi ? Ma vie ne vaut plus la peine sans toi, après tout le mal que je me suis donné pour arriver à ce résultat. J’espère tellement que tout ce que je pense est faux, oh chérie, par pitié, j’ai peur, tellement peur de te perdre. Te croiser désormais chaque jour sans pouvoir t’approcher, t’enlacer, t’embrasser, te murmurer des je t’aime. Te voir dans les bras d’un autre créerait en moins un sentiment de vide, de blesser mon cœur déjà meurtris. Oh…

Il s’assirent sur un banc, Kinsue resta étrangement silencieux, la peur au ventre. Il observa l’arbre au dessus d’eux, créant une ombre rafraîchissante sur eux. Kinsue tremblait de froid maintenant, déjà que son sang était glacé de terreur. Maintenant, c’était pire. Un lampadaire ne pu éclairer le visage baissé de Kinsue, il était sombre de savoir la vérité. Elle hésita, elle se lança. Kinsue releva ses yeux de crainte, mais écouta attentivement. Il serra sa main et fronça les sourcils.

« B-Bon… … Je vais commencer par le début de ce que je me souviens ce sera plus simple. Comme tu le sais mon enfance à toujours été une zone d’ombre. Je n’ai jamais eu de parents et pendant les années d’avant Mahora… J’ai fais plusieurs… Enormes bêtises. Quand j’ai été internée dans mon orphelinat, j’avais 9 ans. J’y ai passé 4 ans et demi, puis je me suis enfuie avec une jeune fille que j’avais rencontré dans un parc. Elle me parlait toujours de pleins de choses géniales, de gens fantastique, de la liberté qu’elle avait dans les vieux quartiers, elle se faisait son argent toute seule mais… Je n’avais pas compris comment. Je l’ai suivie en pensant que la vie là bas serait toujours mieux que mon pensionnat…

Comment ça ? … Alors, si tu n’avais pas suivis cette fille, rien ne se serait passé ? Je ne comprends pas, je ne te comprends pas. En même temps tu ne m’as pas tout dis. Oh, tu as l’air si triste. Je compatis même si je ne connais pas la suite. Tu sais, je suis soulagé que ce ne soit pas une remise en cause de notre couple, mais pourquoi avoir été si distante jusque maintenant, pourquoi refusé mes avances ? C’est pour me dire que tu en aimes un autre ? …

… J’avais tord, du moins, pas au début. Des le premier soir, elle m’a emmenée avec eux. J’ai rencontré un garçon… Qui avait quatre ans de plus que moi et… On est tombés amoureux très vite. …

Oh. Je m’en doutais, et tu l’aimes encore… c’est ça ? Oh putain que ça me fait mal au cœur, j’ai l’impression qu’on le broie sur place. Je ne sais même pas quoi dire là, je suis en colère et en même tant si triste voire en confusion totale. Je ne sais pas quel comportement adopté vis à vis de toi, j’ai peur de te faire du mal, trop de mal, car tu as l’air de souffrir à l’idée de me quitter… Je suis difficile à quitter ? Je suis pas si mortel que ça tout de même, allez dis la suite baby qu’on en finisse une bonne fois pour toute –et que je me suicide après-.

…Puis, j’ai fumé ma première cigarette, et mon premier pet… Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Nous nous aimions sans contraintes. Mais autour de moi tout n’était pas rose, Lin, mon amie… Avait un travail très spécial… Elle… Elle se vendait… pour une heure, une nuit… Ou plus… Et… Max, l’homme que j’aimais, m’a demandé d’aller avec elle pour qu’on se fasse de l’argent, parce qu’il ne parvenait plus à payer nos doses avec ses propres sous. L’idée m’horrifiait, mais… J’étais droguée, j’en avais encore besoin, de plus, et seul ça pouvait nous les payer. Je… »

Oh… My… Gaad… OH PUTAIN NE ME REGARDE SURTOUT PAS PAR PITIE JE SAIS PAS QUOI FAIRE !!! Mais que doit-on faire dans ces moments là ? La réconforter ? Elle se dirait que je la prend en pitié. Lui sourire ? … Putain que je suis con. Ignorer et faire comme si de rien n’étais ? Bon, là elle va me détester… Je sais absolument pas quoi faire… ET EN PLUS, elle a pas finit, j’ai vraiment peur de la suite là…

Il porta sa main à sa nuque et la caressa doucement, mal à l’aise. Il remarqua alors les mains tremblantes d’Emiri, il se sentit honteux alors de ne pas savoir quoi faire pour elle. Il était déstabilisé par cette vérité qui en révélait long sur ses comportements passés. Il comprenait un peu mieux certes encore vaguement le comment du pourquoi mais se força à écouter la suite.
Elle reprit.

« … Donc… Je suis allée avec Lin… Pendant plusieurs mois, tous les soirs ou presque… Max n’avait pas l’air d’être jaloux, je lui ramenait de l’argent je suppose que ça lui suffisait… Il se transformait de jour en jour, plus colérique, plus violent, et je ne m’en rendait pas compte. Parce que moi aussi j’étais abrutie par la drogue. Je ne ressemblais pas à ce que je suis aujourd’hui. Du noir sous les yeux, mal démaquillée, avec des vêtements… … J’étais amaigrie, encore plus pâle que maintenant, je prenais facilement mon poignet dans ma main… J’étais maigre, le reflet de moi même. …

Oula… J’essaie de t’imaginer car j’ai une bonne imagination mais pourtant mon cerveau se bloque pour m’éviter d’avoir une vision horrible de toi. … Tu es déjà si… mince… … Je haie ce, ce Max là. Je le haie plus que Yasuo : il t’a entraîné dans un gouffre sans fin qui a détruit ton passé, l’enfoiré. Je ne lui pardonnerais JAMAIS ! JAMAIS. « Le reflet de toi même », je comprends que trop bien, oh tu me fais tant de peine. Mais, tu as finis n’est-ce pas ? …

… Je me détruisais avec la drogue, l’alcool, et le sexe, puis… Finalement… Un jour… J’ai pris conscience que… ça ne pouvait plus continuer… J’ai fais mes affaires, et… Au moment où j’ai ouvert la porte pour partir… Max… était… là… »

Max ? … J’ai un mauvais pressentiment. Pourquoi il est là lui ? J’aurais envie de lui casser la gueule à cet abruti…


Il l’observa en silence. Un long soupir s’en suivit d’un regard dur et une voix ferme. Etais-ce la procédure finale ? Il n’en savait que trop rien, déjà bien choqué depuis le début de ce récit ignoble. Il était dégoûté intérieurement, certes mais pas d’Emiri. Ce Max le rendait fou de rage, il était même un peu en colère contre Emiri mais ça c’était une autre histoire. Il eut un moment où il hésita quand même à la prendre dans ses bras, mais il se dit qu’il la découragerait sûrement de continuer de cette façon, alors il resta tout droit et attendit la suite, étant tendu et crispé à la fois. Cependant une question commençait à se former dans sa tête…

« Il a voulu m’obliger à rester, mais il n’a fait que me forcer à partir encore plus… Ce qu’il a fait… m’a traumatisée… Il m’a… Il… Il a abusé de moi, il m’a frappé et il m’a dit des choses si… Horribles… Qu’en me laissant ainsi sur le sol sale, quand il s’en fut allé, je n’avais qu’une seule envie : Mourir. Mais, il y avait une seule chose qui me faisait garder espoir… »

Kinsue ouvrit de grands yeux et grand la bouche. Il se leva directement, outré, en colère, honteux de ne pas avoir été là, d’être impuissant, d’avoir été dans cette ignorance, de ne l’apprendre que maintenant. Il était furax, il se contenait…

Dit moi que tu mens Emiri. Il a abusé de toi ? Mais si je le croise, ce mec est mort… Et… Tu aimais un mec comme ça ? Tu aimais le danger qui émanait de lui ? Tu aimais sa pseudo maturité ou son âge plus élevé ? Tu aimais… Tu l’aimais…. Tu l’aimes ? …

Il baissa les yeux, le cœur serré et se rassit en silence. Poings serrés de fureur. Il avait l’impression qu’il manquait un bout, qui arriva à la suite de sa pensée.

« J’ai oublié mes affaires dans ma chambre. La seule chose que je souhaitais était de m’enfuir. Partir d’ici, je ne sais où, mais m’enfuir. Je me dirigeais vers la rue, Max débarqua dans la ruelle. Après une course poursuite, je débarquais dans les quartiers animés, la où il y avait des voitures et des passants. J’en percutais un qui me repoussa violemment puis… j’ai trébuché sur la route et je me suis faite renverser par un camion. Je ne sais pas pourquoi je suis encore vivante, moi, mais j’ai passé des mois à l’hôpital. Aussi blessée moralement que physiquement. Voilà. Après je t’ai rencontré. Je n’ai rien d’autre à dire…

Oh, comment dire ? Bah, je suis blessé voilà. Je suis navré pour toi Emiri, mais je me demande pourquoi tu ne m’avais pas dit ça dès le premier jour merde, j’aurais été fixer putain… PUTAIN ! PUTAIN !!! Je suis en colère, j’ai l’impression que je n’ai que ce sentiment sur le cœur, alors que je lève mon regard colérique sur toi prêt à prendre la parole…

… Pardon… »

Il baissa les yeux, puis se mordit les lèvres, il tourna la tête pour cacher son visage. Il soupira un coup puis la regarda droit dans les yeux.

« Tu n’as pas à t’excuser. »

Sa voix sonna sec, cela se voyait qu’il était blessé. Il baissa la tête et regarda ses mains :

« Tu serais encore avec lui n’est-ce pas ? S’il n’avait jamais été comme ça. Ce Max. … Tu l’aimes encore c’est ça que tu voulais me dire ? »

Ses larmes montèrent à ses yeux. Sauf que ce n’était pas à lui de pleurer, c’était à elle mais comme elle ne le fit pas, il prit sa place.

Ne me regarde pas, ne me regarde pas… Je suis si con, j’ai que ça à dire pour te « consoler » mais je voudrais en avoir le cœur net… Cette pensée est insupportable. Je me lâcha enfin.

« Parce ce que, si tu veux me quitter pour lui, saches que je respecte ton choix mais… »


Ma voix s’éteignit, j’avais plus la force de parler, et je laissa mes larmes s’écouler, à bout de toute cette histoire, de tout ça.

De cette souffrance intérieure, il n’y avait aucune cohérence à toutes ses réflexions menées jusqu’ici. Cette histoire n’avait aucun rapport avec sa crainte, et pourtant il pleurait tellement qu’il prit sa tête dans ses mains.

« Je ne comprend pas ! »

Putain, ne me regarde pas… Emiri.

_________________


"Ex-délinquant avoue avoir un penchant pour un ange ♥."

Spoiler:
 
    { Couleur d'édition }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-01.forumactif.com/
Emiri Eman
PP-makers
avatar

Féminin Nombre de messages : 518
Age : 25
Localisation : Pas loin...
Amour ? : Il est tellement génial. Il me comprend si bien. Je l'aime plus que ma propre vie, plus que n'importe qui. Kinsue. Rien que son prénom me fait frissoner 8D
Date d'inscription : 08/01/2009

Feuille de personnage
Classe:
Particularités/pouvoirs: Hermaphrodite les jours d'orage, atteint une force, une agilitée ainsi qu'une amelioration de la vue peu commune et très elevée lorsqu'elle se transforme. Elle va pouvoir acceder à ses pouvoirs sans orage, et sans transformation. Elle peut liberer une quantitée d'energie plus où moins puissante qui crée une onde de choc et peut faire reculer ses adversaires, non maîtrisé et non découvert.
Sang: Humain

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Lun 1 Fév - 16:30

« Tu n’as pas à t’excuser. »

Sa voix avait claquée comme un fouet. Elle avait sentit dans son ton toute l’indignation et l’intensité blessée qui avait vibré dans l’air lui avait fait mal au cœur. Elle aurait du se taire. C’était la seule chose à faire. Il y avait parfois des choses qu’il ne fallait pas révéler. Emiri, avec tout le courage qu’elle avait pu rassembler, releva la tête vers celui qu’elle aimait plus que tout. Elle avait la sensation que son cœur ne battait plus, tant par la douleur de ces révélations que de l’expression qui peignait le visage du jeune homme qui se tenait à ses côtés.

« Tu serais encore avec lui n’est-ce pas ? S’il n’avait jamais été comme ça. Ce Max. … Tu l’aimes encore c’est ça que tu voulais me dire ? »

« Hein ?! »

Emiri le regardait avec des yeux ronds, la bouche entrouverte par la surprise. Si elle s’était attendue à cette réaction… ! Son cœur se déchira quand elle vit les larmes qui menaçaient de couler sur ses joues. Elle mit une main sur sa bouche.

« Parce ce que, si tu veux me quitter pour lui, saches que je respecte ton choix mais… »

Le quitter pour lui ? Retrouver Max ? … C’était sûrement l’idée la plus absurde qu’elle avait jamais entendue. Il se mit à pleurer, jamais Emiri n’aurait cru qu’il aurait pu avoir tant de crainte pour leur séparation. Elle se retourna, reniflant, incapable de le voir pleurer. Ses poings se serrèrent, qu’elle idiote elle avait été. Elle… Elle avait eu tellement peur qu’il la quitte de son côté qu’elle n’avait même pas pensé que ça pouvait être la même chose pour lui…

« Je ne comprend pas ! »

Sa voix était brisée par les sanglots, Emiri se retourna et le contempla, le cœur lourd de remords. Courbé, la tête dans les mains, il avait l’air effondré. Elle tendit la main vers lui mais se ravisa, la ramenant près d’elle. Il fallait qu’elle s’explique. Elle s’accroupit devant lui, relevant un peu sa longue robe. Il faisait froid, une fine couche de neige recouvrait le sol, et de petits flocons se mettaient à tomber doucement.

« Kinsue… Je t’en supplie arrête de pleurer. Si je t’ai raconté tout ça, c’est parce que c’est toi que j’aime mon cœur… Toi et personne d’autre… »

Mon cœur, ce surnom était venu tout seul. Il était son cœur, son âme, le voir pleurer la déchirait de l’intérieur. Il fallait qu’il arrête, elle aurait fait n’importe quoi…

« Jamais je ne retournerais avec Max, je ne veux jamais le revoir, c’est toi que je veux voir tous les jours… Pardon de t’avoir blessé, je me dis que je n’aurais pas du te raconter tout ça… Mais en même temps tu devais savoir, pour savoir qui j’étais vraiment, je ne pouvais pas te mentir encore… Parce que j’ai envie de rester avec toi… Et… moi aussi je respecterais ton choix si tu veux partir après ce que je t’ai raconté, c’est pas… facile à avaler, mais… Je t’en prie me laisse pas, je t’aime, je t’aime trop pour te laisser partir… Désolée j’arrête pas de me contredire… »

Elle baissa les yeux en passant sa main dans sa nuque. Un long frisson la parcourut. Il faisait froid. Le silence régnait, ils pleuraient tous les deux à présent.

_________________
Merci Kiki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinsue/Sanzo
Modo ingrat qui fait des trucs pas très nets avec sa dulcinée, Emiri, par sms ... XDD
avatar

Masculin Nombre de messages : 1368
Age : 26
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Iryumi
Particularités/pouvoirs:
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Lun 1 Fév - 20:25


_________________________________________________________

Comment dire ? Je m’étais trompé… Lourdement. Quel crétin je faisais ! Je devais sûrement lui faire pitié.

Kinsue détourna le regard, incapable de soutenir ses yeux vermeilles qui le scrutaient et le transperçaient, comme si il était à vif, comme si elle pouvait lire en lui. Or, c’était faux, c’est seulement lui qui détenait un tel pouvoir de télépathe. Il inspira doucement, mais cela ne fit que faire dérayer son souffle, saccadé par les pleurs. Il avait de gros yeux rouges désormais, pas très habitué aux larmes de chagrins. Bizarrement, l’appellation « mon cœur » lui fit chaud à l’organe cité, il se mit à rougir et se mit à pleurer de plus belle. C’est la première fois qu’on l’appeler ainsi, c’était un grand bouleversement pour sa petit personne qui n’était rien comparé à l’univers tout entier, mais. Mais, même s’il ne signifiait rien, Kinsue était très heureux, même Aya, jamais elle ne l’avait appeler de cette manière. Il se mit à sourire malgré lui, malgré ses larmes brûlantes.

Ca me soulage tellement que tout mes pensées soient fausses ! Oh Emiri tu es un ange, ça me fait tant de bien. J’y croyais tellement que je n’avais plus d’espoir…Je suis soulagé mais mon cœur est encore lourd de peur, il faut que je la dégage, la seule façon de faire c’est que je pleure Emiri, alors ne soit pas triste, ce sont en quelque sorte des larmes de joies.

Les yeux de Kinsue d’un bleu clair contrastant avec l’obscurité, brillaient d’une lueur si vive que c’était un spectacle unique. Son cœur battait la chamade, il avait l’impression qu’ele l’entendait…

Ecoute mon cœur, écoute à quel point je t’aime Emiri. Regarde moi, souris mois, gronde moi, prend moi dans tes bras, embrasse moi. Oui, embrasse moi, ou je t’embrasse. Tu ne fais rien ? Ok, comme bon me semblera !

Il se pencha doucement et déposa doucement ses fines lèvres sur les siennes. Il ne voulait pas qu’elle parte, il voulait rester avec elle jusque sa mort. Ils étaient sur la même longueur d’onde, à la bonne heure ! Kinsue se met à sourire doucement :

« Tu ne te contredis pas… Un peu, mais je comprend ce que tu veux dire, je comprend que trop bien. »


Kinsue se mit à sourire, les larmes s’estompèrent peu à peu, il est vrai que ce n’était pas du tout son genre de se laisser ainsi. Mais l’émotion avait été si forte, il fallait qu’il souffle. Il reprit d’un ton paisible :

« Tu ne m’en veux pas trop ? »


Je t’ai touché les fesses, maintenant je sais que tu étais mal à l’aise à cause de ça, je viens de m’en rendre compte à l’instant. Je pensais juste que tu n’étais pas prête, mais il y a tellement de chose derrière ce contact que tu as très mal interpréter mes intentions. Pardon Emiri, je suis bête. J’ai douté, j’avoue mais c’était pour une bonne cause ! Je suis ridicule, tu dois vraiment me trouver con. Mais je suis comme ça, pardonne moi Emiri.

Il la prit contre lui, en caressant ses fines épaules, il était content que tout se soit passé aussi bien finalement. Quelle chance ! Le destin aurait pu en faire autrement, il ferma douloureusement les yeux et soupira un bon coup. Puis en les rouvrant, il remarqua qu’Emiri était étroitement serrée contre lui, ou son torse comme il faisait deux têtes de plus qu’elle. Il en rougit doucement, il sentait qu’il était capable de la protéger de ses bras, elle avait l’air si fragile dans cette jolie robe qui épousait bien ses courbes. Il aurait aimé danser sur un slow, encore une fois, sentir leurs corps rentrer en contact doucement, dans un enchaînement sensuel.

Je t’aime tellement Emiri. Dansons encore.

Loin de la musique, dans un doux silence qui ne pesait plus sur leurs corps, oppressés tendrement l’un contre l’autre, ils étaient bien. Il fallait laisser passer la grosse vague d’émotion qui s’étaient épris d’eux, la danse était un bon moyen d’y remédier.

« Je t’aime Emiri. J’adore danser avec toi ! »

Il se mit à sourire pour détendre l’atmosphère. Il ferma doucement les yeux, et se laissa guider par le doux mouvement de leurs corps. C’était parfait, c’était magique !

_________________


"Ex-délinquant avoue avoir un penchant pour un ange ♥."

Spoiler:
 
    { Couleur d'édition }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-01.forumactif.com/
Emiri Eman
PP-makers
avatar

Féminin Nombre de messages : 518
Age : 25
Localisation : Pas loin...
Amour ? : Il est tellement génial. Il me comprend si bien. Je l'aime plus que ma propre vie, plus que n'importe qui. Kinsue. Rien que son prénom me fait frissoner 8D
Date d'inscription : 08/01/2009

Feuille de personnage
Classe:
Particularités/pouvoirs: Hermaphrodite les jours d'orage, atteint une force, une agilitée ainsi qu'une amelioration de la vue peu commune et très elevée lorsqu'elle se transforme. Elle va pouvoir acceder à ses pouvoirs sans orage, et sans transformation. Elle peut liberer une quantitée d'energie plus où moins puissante qui crée une onde de choc et peut faire reculer ses adversaires, non maîtrisé et non découvert.
Sang: Humain

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Mer 3 Fév - 20:53

Il sourit, enfin. Son visage éclairé de cette lueur de joie, c'était comme une libération. Il était si beau quand il souriait, plus que jamais. Charmeur, sympathique, doux et tendre, son sourire comblait son cœur, il était tout, et en même temps il était simple. Il représentait pour elle une chose que la plupart des gens ne ressentaient pas en le regardant. L'Amour. L'Amour, avec un grand A. Toute une déferlante de sentiments qui s'abattaient sur son petit cœur qui battait pour lui. Pour lui, et simplement pour lui. Parce qu'il avait réussit à le lui voler, au moment de leur rencontre il l'avait déjà dérobé... Elle ne pouvait plus vivre sans ce sourire. Son sourire.

« Tu ne m’en veux pas trop ? »

Emiri sourit doucement et passa une main dans ses cheveux parsemés de flocons qui tombaient un peu plus drus à présent.

«Comment je pourrais t'en vouloir ?»

Ils s'enlacèrent tendrement. Le contact de son corps contre le sien lui provoqua un frisson. Sa tête se nicha dans son cou et elle se blottit dans ses bras, heureuse que la situation aie prit cette tournure... leurs corps l'un contre l'autre ne lui posaient maintenant plus aucune réserve... Il savait tout, elle ne cachait plus rien. Ou presque... Tout ceci n'avait plus d'importance. Ils étaient tous les deux, dans la solitude de ce soir d'hiver. Doux, si doux, comme leur étreinte, au milieux des flocons. Perdue dans ses bras, enivrée par son odeur, elle ne disait plus rien. Seules ses mains, glissées sur ses omoplates, serraient le tissus de sa veste de costume. Pas par peur, pas dans la crainte d'aller plus loin, mais par affection. Elle ne ressentait pour lui que tendresse et amour. La seule chose qu'elle désirait à présent était de ne plus jamais le quitter. Elle était tellement rassurée qu'il ne soit pas choqué par son histoire, qu'il ne la rejète pas... Cela la surprenait un peu... La crainte qu'il avait eue... Elle n'avait pas l'impression qu'il avait réalisé. Tant pis, il le savait, c'était le principal pour le moment.

« Je t’aime Emiri. J’adore danser avec toi ! »


Emiri rougit doucement quand elle l'entendit le dire.

«  Moi aussi je t'aime Kinsue... Et j'adore danser avec toi aussi. Pardonne moi d'avoir gâché la soirée... Je t'aime, n'en doute plus. »


Ils se mirent à danser doucement, leurs deux corps collés, plongés dans un monde qui n'appartenait qu'à eux. Ils s'aimaient. Elle l'aimait plus que tout. Encore plus ce soir là. Il était tout. Tout.

« Je t'aime... »

Elle aurait pu lui répéter encore et encore, mais elle se mit à claquer des dents, ayant visiblement froid :

«  Pardon mais... On peut rentrer... ? Je commence à avoir super froid... »

_________________
Merci Kiki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinsue/Sanzo
Modo ingrat qui fait des trucs pas très nets avec sa dulcinée, Emiri, par sms ... XDD
avatar

Masculin Nombre de messages : 1368
Age : 26
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Iryumi
Particularités/pouvoirs:
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Mer 3 Fév - 22:14


_______________________________________________________________________

Ca fait du bien que tout soit calmer. Que les quelques confusions qui nous ont guettés soient parties. Quel soulagement ! Mon cœur, je le sent, il s’apaise en douceur. Je pense que tu peux l’écouter, comme ta tête est contre mon torse. Tes cheveux chatouillent ma gorge, je ris de joie. Je te regarde, tu me regarde, nous nous regardons, je te murmure à quel point je t’aime, tu me réponds avec la même vivacité, avec le même amour. Je suis heureux, tu es mon plus beau cadeau, je veux te rendre heureuse.

Kinsue sentait son corps se détendre au fur et à mesure que la danse prenait de l’ampleur. Il dégageait beaucoup de sensualité, le rendant irrésistiblement adorable en cette soirée unique. Il rajusta son cache-œil et se mit à sourire. Il se pencha pour embrasser Emiri avec douceur. Le baiser était délicat, empreint d’une tendresse infinie, tout se passait à merveille, c’était magique, c’était unique. Il aimait ce moment intime, au moins ils étaient rien qu’à deux, en couple, là où personne ne penserait venir les déranger. C’était leur petit endroit du soir, à eux. Il était totalement détendu, le petit « je t’aime » qu’elle souffla lui fit drôlement chaud au cœur :

« Oh, tu peux pas savoir comme moi aussi, maintenant que cette histoire fut tirée au clair, rien ne s’opposera plus à nous ! Enfin, j’espère. Mais restons positif pour l’instant, laissons nos cœurs se reprendre un peu, embrassons nous, faisons une jolie famille et tout ira bien d’accord ? »

Kinsue se mit à rougir, il venait de faire un petit sous entendu, mais il ne releva pas, espérant qu’elle ne le fasse pas à sa place, vive l’embarras !

Je suis gêné maintenant, bravo ! Aaah, je rougis, j’aime pas ça, je perds tous mes moyens, que faire ? Que faire ? J’en sais rien moi ! Bon, tentons de nous focaliser sur … ses seins. Bon, ok, c’est pas la meilleure idée qui soit mais si c’est pour me décontracter pourquoi pas. … Oups, manquerait plus qu’elle se rende compte que je lui matte la poitrine. Merde. Bon allez Kinsue, regarde je sais pas moi, oh un oiseau… Ah, non, c’est une chauve souris… Mmh. Beurk. Bon, concentration !! Je vais fixer cet arbre là-bas, au moins lui il parait normal ! Enfin quelque chose de naturellement normal. … C’est plus fort que moi, j’y arrive pas, mes yeux se baisse instinctivement vers ton décolleté Emiri bon sang ! J’aimerais le remotner mais tu me prendrais pour un gros pervers, que je ne suis pas d’ailleurs. Je ne fais que rendre service. Ok, j’ai un esprit un peu vicieux, mais n’exagérons pas les choses. Je suis innocent ! INNOCENT !! Je crois que tu n’as rien remarqué, et bien tant mieux. Il suffirait juste de suivre mon regard pour s’apercevoir qu’il est fixé sur de jolis coussinets qui ont l’air savoureux. Oh en parlant de ça, je crois que j’ai faim, si j’intercepte bien l’appel de mon estomac. Peut être que c’est pas mon estomac finalement…

« Pardon mais... On peut rentrer... ? Je commence à avoir super froid... »

Kinsue resta de marbre un instant, puis se mit à sourire d’un air coquin. C’était plus fort que lui, il fallait qu’il fasse son aguicheur sur ce coup là.

« Oh, et tu veux que je te réchauffe c’est ça ? je sers à ça, si je suis un bon petit ami fidèle, soigneux, adorable, gentil, intentionné, chaleureux, téméraire –qui puis-je me permettre que j’ai prouvé pendant la guerre !-, galant, enthousiaste, fort, sublimement beau, et surtout compétent ? Et encore, j’oublie certainement des trucs… Enfin. Bref, je suis tout chaud moi c’est fou ! »

Il roula des yeux d’un air –je-suis-trop-sexy- et se mit à faire un sourire en coin, en collant davantage Emiri contre lui, mais de façon à ne pas trop la brusquer non plus. Ils venaient de sortir d’un quiproquo révélateur, et les blessures d’Emiri s’étaient sûrement ré-ouvertes avec son petit récit. Kinsue prendrait soin d’elle, toute la nuit s’il fallait.

Ouais c’est ça toute la nuit. Bon je commence à délirer et ça commence à me faire des effets assez bizarres. AAAH OH MERDE ! PARDON ! ... Ma main était sur ses fesses ! Aah ! EH ! mais je suis dans mes pensées ?! Bon allez, putain j’adore c’est trop moelleux, et encore, je suis certain qu’elles sont lisses, car la robe et son sous vêtem-… Son sous vêtem-… Désolé, j’imaginais juste Emiri avec un porte-jartelle, et c’était so sexy ! Alright. 1, 2, 3 ! Alors mission 1 : regard sexy avec petit sourire charmeur, ça à l’air de fonctionner, ok. Mission 2 : Kinsue, doucement, tu l’embrasse avec douceur pour la rassurer. Mission 3. En fait y’avait pas vraiment de mission 3, ahaha ! Je voulais juste me redonner courage parce que là, je sens de grosses gouttes de sueurs froides qui perlent sur mon front et ça doit pas être beau –vive l’odeur !- oh my gaad, j’aurais du prendre du déo au cas où. J’AURAIS DU, mais je suis con voilà. Bon, réfléchissons calmement à une solution. Oh, j’ai trouvé un mouchoir dans ma poche ! Quelle surprise !

Il s’essuya le front en tremblant doucement, en vérité, il avait peur de baisser dans l’estime d’Emiri. Il avait peur qu’elle ne veuille pas, il avait peur, et il ne savait pas la raison, mais il appréhendait la suite des évènements.

_________________


"Ex-délinquant avoue avoir un penchant pour un ange ♥."

Spoiler:
 
    { Couleur d'édition }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-01.forumactif.com/
Emiri Eman
PP-makers
avatar

Féminin Nombre de messages : 518
Age : 25
Localisation : Pas loin...
Amour ? : Il est tellement génial. Il me comprend si bien. Je l'aime plus que ma propre vie, plus que n'importe qui. Kinsue. Rien que son prénom me fait frissoner 8D
Date d'inscription : 08/01/2009

Feuille de personnage
Classe:
Particularités/pouvoirs: Hermaphrodite les jours d'orage, atteint une force, une agilitée ainsi qu'une amelioration de la vue peu commune et très elevée lorsqu'elle se transforme. Elle va pouvoir acceder à ses pouvoirs sans orage, et sans transformation. Elle peut liberer une quantitée d'energie plus où moins puissante qui crée une onde de choc et peut faire reculer ses adversaires, non maîtrisé et non découvert.
Sang: Humain

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Mer 3 Fév - 23:44

« Oh, et tu veux que je te réchauffe c’est ça ? je sers à ça, si je suis un bon petit ami fidèle, soigneux, adorable, gentil, intentionné, chaleureux, téméraire -qui puis-je me permettre que j’ai prouvé pendant la guerre !-, galant, enthousiaste, fort, sublimement beau, et surtout compétent ? Et encore, j’oublie certainement des trucs… Enfin. Bref, je suis tout chaud moi c’est fou ! »

Emiri éclata de rire en relevant la tête, le contemplant en haussant les sourcils :

« Oui t'es chaud... Mais l'intérieur encore plus... Et pis attention, tes chevilles enflent... ! »


Elle étouffa un léger rire et mit de nouveau sa tête contre son torse, les yeux mis clos, c'est vrai qu'il la réchauffait. Elle se mit à repenser à ses précédentes paroles. ''faisons une jolie famille'' … Elle rougit, il était sérieux ? Il voulait vraiment faire sa vie avec elle ? Elle l'aimait... C'était sûr... Alors pourquoi ne pas envisager une possibilité d'avenir plus sérieuse ? Et s'ils avaient des enfants, comme il l'avait dit... ? Ses joues s'empourprèrent encore un peu et elle ferma les yeux calmes. Elle détacha les boutons de la veste de Kinsue puis se mit à l'intérieur avant de la refermer sur elle. Elle entendait le cœur de son cher et tendre battre dans sa poitrine. Un sourire se dessina sur ses lèvres, elle aimait ce son. La vie, sa vie. Un petit cœur palpitant, battant la chamade. Il s'accéléra, Emiri, interloquée, releva la tête vers son petit ami avec interrogation. Il s'essuyait le front avec un mouchoir. Il avait l'air anxieu.

« Ben... Kinsue... ça va pas ? »


Elle se détacha doucement :

« Je te tiens trop chaud peut-être, pardon... On va rentrer. »

Elle glissa ses doigts entre les siens, puis colla leur bras avec tendresse avant de se diriger vers la véranda proche, qui les mènerait vers la chaleur du hall, puis... Peut-être de l'une de leurs chambres. Y pensait-il encore ? Après ce qu'elle lui avait dit elle avait du mal à imaginer le faire ce soir... Mais peut-être finalement. Tout dépendait de comment il s'y prendrait. Elle ne le rejèterais pas sèchement si elle ne pouvait pas, mais avec douceur pour pas qu'il ne soit vexé. Elle ne voulait surtout pas qu'il soit vexé, oh non... Ça gâcherait encore plus la soirée... Elle espérait qu'il le prendrait bien, parce que sinon elle s'en voudrait et elle se forcerait à accepter l'échange sexuel. Et dans ce cas là, ça finirait mal. Elle le savait pertinemment. La jeune fille déglutit, puis serra les doigts de son cher et tendre avant d'entrer dans la chaleur de la véranda. Elle vit un canapé, dans un coin un peu reculé, près de plantes, et d'une petite table avec une télé. Elle l'entraina sur ce canapé et ils s'y assirent. Le calme l'apaisa. Tout se passerait bien. Elle serra la main de Kinsue, se disant qu'il avait peut-être eu la même angoisse qu'elle tout à l'heure. Qu'elle idiote d'avoir pensé qu'elle lui tenait trop chaud.

«  Je t'aime Kinsue. Vraiment. »

Elle reposa sa tête en arrière, sur le dossier du canapé, et fut sous le spectacle magnifique du ciel. Tous ces flocons qui tombaient au dessus d'eux, fondant au contact du verre, il ne faisait pas assez froid pour qu'ils tiennent. Mais elle pouvait les voir tomber de tout là haut. Emiri entrouvrit la bouche :

« Oh... Regarde... C'est beau... »


Elle eut un sourire, puis posa sa tête sur son épaule pour mieux les observer.

_________________
Merci Kiki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinsue/Sanzo
Modo ingrat qui fait des trucs pas très nets avec sa dulcinée, Emiri, par sms ... XDD
avatar

Masculin Nombre de messages : 1368
Age : 26
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Iryumi
Particularités/pouvoirs:
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Jeu 4 Fév - 8:06

___________________________________________________________________

C’est la plus belle soirée de ma vie avec elle… En plus, j’adore quand elle se met contre moi, je me sens… fort. Capable de la protéger de n’importe quoi.

Il leva doucement les bras pour entourer ensuite la taille de la jeune fille, ses yeux se plissèrent légèrement. Quel homme ne serait-il pas heureux d’avoir une si jolie demoiselle contre lui ? Kinsue faisait partit de l’un d’eux : il rayonnait de bonheur. Il l’observa et remarqua qu’elle rougissait mais à quoi donc pensait-elle. L’envie de lire dans ses pensées lui titiller l’esprit, mais la dernière fois qu’il lavait fait avec Emiri, ça avait fait un énorme quiproquo entre eux. En se rappelant de cette histoire absurde il éclata de rire.

Oh oui je m’en souviens !! Tu pensais à moi, tu espérais que je sois célibataire et que je veuille bien aller au cinéma avec toi. Ahaha, je croyais que tu parlais d’un autre homme et quand je t’ai avoué que j’ai cassé le mur de l’intimité de ton esprit et le mien, on ne c’est absolument pas compris, que c’était drôle ! Tu étais toute gênée, et j’ai craqué. C’était aussi le jour où on s’est mis en couple. Jour, où on m’a enlever mes souvenirs qui te concerner et donc mes sentiments. Mais une fois retrouvés, plus tard, qu’est-ce qu’on était contents ! De toute manière, souvenirs ou pas, j’étais re-tombé amoureux de toi alors, ça changera pas grand chose, hm. Mais c’était…

Magique. Le mot qualifiait parfaitement le moment, en plus, les flocons tournoyaient autour d’eux, on aurait dit une mise en scène, car Kinsue adore le théâtre –il en pratique-, mais là ce naturel, c’était merveilleux à voir et ils étaient rien qu’à deux pour observer cette beauté naturelle. Kinsue s’était finalement calmé, l’anxiété l’avait un peu quitté avec le temps, il était plus serein cette fois mais, Emiri se détacha de lui, il lui posa une interrogation du regard et s’apprêta à déclarer quelque chose mais elle le devança :


« Ben... Kinsue... ça va pas ? »

Mais, je vais très bien, oups, c’est sûrement du à l’angoisse. Non mais je vais mieux hein. Mais reviens contre moi, reviiiiens. C’était trop bien de te sentir là contre mon torse, tu étais bercé par les doux battements de mon cœur. Il bat pour toi, alors contente toi d’écouter. Non c’est pas un ordre. Tu vas revenir n’est-ce pas ?

« Euh, bah. Si je vais très-… »

Le contact de leurs mains le fit taire. Ce contact lui avait tellement manqué, la dernière fois qu’ils en avaient eut un, il y a des dizaines de minutes, il était trop paranoïaque pour profiter de la douceur de la main de sa petite amie. Et quelle main ! Fine, agile, douce, élégante. Bon, on va pas se taper une description à la Flaubert pour une main mais, Kinsue, rien qu’avec ce contact, se sentit s’envoler, tout sourire.

« C’est plutôt moi qui te tiens chaud, non ? »

Il se mit à rire et la suivit jusuq’au canapé de la véranda. Ils étaient seuls c’était certain. La pension était plongé dans un grand silence qui n’était pas pour autant pesant, mais reposant. D’habitude, il y avait toujours des élèves qui parlaient TOUS en même temps, ce qui créait un brouhaha terrible. Mais en ce soir, alors que tous les autres étaient au bal, Emiri et lui n’était rien qu’à deux. Il sentit la tête d’Emiri s’affaisser sur son épaule, synchro avec elle, il pose de suite sa tête sur la sienne en soupirant de bonheur. Les flocons qui tomber sur le toit de verre de la véranda faisait un effet très joli, ils étaient au chaud et ils pouvaient assister à un spectacle gratuit de fondue de neige ! Génial ! Quoique le terme employé fut ironique. Évidemment que c’était beau, mais Kinsue ne voulait pas s’attarder qu’à ça. Il commença à la prendre dans ses bras, et posa les fesses d’Emiri sur ses genoux :

« Oui, c’est beau, comme toi. »

Il se mit à sourire, un simple sourire, franc, adorable, avec un petit soupçons d’intérêt derrière mais tout gentil.

Tes cheveux blancs neiges sont doux, j’adore les caresser, je pourrais y passer ma vie et mes doigts. Je t’aime. Tu es mon bonheur, et je te tiens bien. Tu ne m’échapperas pas. … Tout à l’heure, j’avais pensé qu’en allant dans ta chambre on pourrait avoir… faire… Mais… Après ton récit, j’ai un peu ravalé ma fierté de mâle en chaleur. Avouons l’avouable ! Emiri, je t’aime, tu es tout pour moi, et j’ai envie de toi, et c’est parfaitement normal non ? Ou peut-être serait-ce trop tôt. Tout est passé si vite entre nous, nous sommes déjà à l’époque de noël, un soir de bal et je me pose encore des questions. Que dois-je faire ? Te charmer, te mettre au lit ? Ou attendre inlassablement que tu te décides. Personnellement, ça me dérange pas de faire le premier pas, comme j’aime dominer, NON pas par rapport à ça. –Oh my gaad je rougis comme un malade à cette pensée- Et puis, aurais-tu prévu qu’on puisse éventuellement …? Ah, j’aimerais tant de poser la question mais tu vas sûrement me prendre pour un obsédé et un taré. Fierté de merde.

Il la serra davantage au fur et à mesure que le flot de pensée arrivait dans sa tête, il entreprit de caresser son dos, passant ses doigts entre ses omoplates, sur sa colonne vertébrale volontairement, pour la faire frissonner, vicieux de voir le résultat. Son autre main quant à elle, passait inlassablement dans ses cheveux blancs, elle écarta quelques mèches de sa nuque, Kinsue se pencha doucement, et posa un baiser délicat sur son cou. Simple, mais avec un arrière goût de « Tu veux ou pas ? ». C’était parfait. Qu’elle le prenne comme elle le voulait après tout, tout dépendrait d’elle, Kinsue avait donner son accord pour passer à l’acte, à l’instant même où ses fines lèvres avait toucher les siennes, en un baiser langoureux, bombé de sentiments amoureux.

J’espère qu’elle voudra bien, sinon je crois que je serais un peu frustré. Mais avec son passé, je comprends parfaitement, j’aimerais juste qu’elle me laisse tenter de lui faire oublier toutes ses choses horribles…

_________________


"Ex-délinquant avoue avoir un penchant pour un ange ♥."

Spoiler:
 
    { Couleur d'édition }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-01.forumactif.com/
Emiri Eman
PP-makers
avatar

Féminin Nombre de messages : 518
Age : 25
Localisation : Pas loin...
Amour ? : Il est tellement génial. Il me comprend si bien. Je l'aime plus que ma propre vie, plus que n'importe qui. Kinsue. Rien que son prénom me fait frissoner 8D
Date d'inscription : 08/01/2009

Feuille de personnage
Classe:
Particularités/pouvoirs: Hermaphrodite les jours d'orage, atteint une force, une agilitée ainsi qu'une amelioration de la vue peu commune et très elevée lorsqu'elle se transforme. Elle va pouvoir acceder à ses pouvoirs sans orage, et sans transformation. Elle peut liberer une quantitée d'energie plus où moins puissante qui crée une onde de choc et peut faire reculer ses adversaires, non maîtrisé et non découvert.
Sang: Humain

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Sam 6 Fév - 19:46

Emiri se sentait bien dans ses bras. Le calme de la véranda l'avait complètement apaisée, et, la tête reposée sur son épaule, elle se reposait. Il caressait tendrement son dos, ses doigts glissaient sur le tissus doux de sa robe, provoquant des frissons dans tout son être. Ils passaient aussi dans ses doux cheveux blancs, dans un geste tendre qui la détendait totalement. Un petit baiser dans son cou les rapprochèrent un peu plus près. Emiri savait ce qu'il voulait. Elle savait aussi qu'il ne la forcerait pas. Parce qu'elle avait confiance en lui maintenant. Plus qu'avant. Plus que jamais. C'était lui qu'elle aimait. S'il pensait vraiment ce qu'il disait, avec ce « Embrassons nous, faisons des enfants, et tout ira bien d'accord ? » C'était d'accord. S'il voyait un avenir avec elle alors c'était d'accord.

« Kinsue. Tu sais... Avec tout ce que je t'ai raconté ça risque de pas être facile... Mais je veux bien essayer avec toi. Parce que je t'aime, et pour moi... Si tu veux qu'on le fasse... Ce sera bien plus qu'un acte sexuel... Ce sera une preuve d'amour. »

Elle leva le regard vers lui avec un petit sourire doux, son regard était paisible. Emiri plongea son regard dans le sien. Jamais elle n'avait aimé Max ainsi. Jamais quelqu'un n'avait été aussi prévenant avec elle. Elle ne s'était jamais sentit autant aimée... Il était tout pour elle. Quand elle y repensait, c'était vrai. Derrière elle, elle n'avait rien. Pas de famille. Pas d'amis laissés en arrière, et un trou dans sa vie de plus de huit ans. Quand elle regardait en avant, elle se voyait à ses côtés, et, dans ses bras, un enfant. Kinsue et elle se regardaient, avec, dans les yeux, une lueur complice. Il était aussi beau qu'aujourd'hui, et sur son visage il n'y avait que du bonheur. Sa propre expression ressemblait à celle de son mari. Oui, son mari, car, trônant sur leurs mains liées, sur leurs annulaires, il y avait des alliances dorées. Le nourrisson avait les yeux mis clos, mais de ce qu'elle voyait de ses iris, ils étaient bleus, comme les orbes de son père. Ce petit être qu'elle tenait dans ses bras lui inspirait une tendresse incomparable. Petit, fragile, serrant dans sa minuscule main le doigt de son paternel qui le regardait avec amour. Ils étaient une famille comme elle en avait toujours rêvé. Dans un murmure, elle lui confia :

« On est jeunes... On a toute la vie devant nous, et derrière nous il y a beaucoup d'épreuves... Kinsue, j'aime envisager la possibilité de nous deux plus tard, tout à l'heure tu m'as dis ''Embrassons nous, faisons des enfants et tout ira bien d'accord?'' Et ben... Cette phrase passe en boucle dans ma tête, parce que je crois que c'est ce que je désire le plus au monde. Je veux faire du chemin avec toi, parce que je t'aime. Tu m'acceptes mieux que personne, et en toi je vois plus qu'un simple petit ami. Je ne sais pas pourquoi tu es différent des autres, mais tu te démarques de tous les autres garçons. Ce soir, au milieu de la piste de danse, il n'y avait que toi qui brillait de cette lueur si spéciale. Tu fais battre mon cœur, et je me sens tellement vivante avec toi. J'ai eu une histoire d'amour, je te l'ai racontée et crois moi j'étais très amoureuse... Pourtant ce que je ressens pour toi, c'est totalement différent... Plus fort que tout autre chose. Tu es mon amour... Ce que j'ai ressentis pour Max est dix fois moins important que ce que je ressens maintenant pour toi. Alors, si tu ressens la même chose que moi, je suis prête à faire le grand pas avec toi. »

Elle le regardait dans les yeux, prouvant ainsi toute la sincérité de ses paroles. Elle était sérieuse. Et elle n'avait plus peur.

_________________
Merci Kiki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iku L. Samuro
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
avatar

Féminin Nombre de messages : 1975
Age : 25
Localisation : Derrière toi. *BAM !* Haha ! C'était une blague ! J'étais devant.
Loisirs : S'entraîner, jouer et écouter de la musique, lire, etc... Mais bon, 'faut dire qu'avec tous ces boulots, on trouve moins le temps de se détendre -_-
Amour ? : Lloyd, Lloyd Irving ! Ça va faire deux ans... *effusion de cœurs*
Date d'inscription : 07/01/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine (non officiel : Menakata)
Particularités/pouvoirs: Armes sortant des poignets, omoplates, épaules, genoux, coudes, dos, et bassin. La deuxième et finale forme de son corps, annoncée par un changement de couleur des pupilles, fait apparaître une sorte d'arc très bizarre directement tracé à partir de son bras (flèches dans son canon), c'est cette arme qui accumule tous les coups (force physique ou magique) et permet de les dévier. Sang régénérateur : son sang produit de nouvelles cellules et referme une plaie PHYSIQUE dans la 10aine de minutes qui suit quand elle est immobile, mais la plaie reste à l'intérieur du corps. régénère les petits organes comme yeux ou os TRES RAREMENT. [NON MAITRISE]
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Sam 6 Fév - 20:16

[Rappel : Tous les sujets à connotation sexuelle seront bannis. Contrairement à certains forums, ici, le Hentai/Yaoi/Yuri est interdit, tout simplement car nous sommes dans un forum fantastique. Évidemment, il peut bien y avoir une légère allusion, nos personnages ne vont pas rester vierges toute leur vie -_-... Une légère touche d'ecchi est également autorisée, mais tout ce qui passe sous les vêtements, interdit.

J'ai prévenu Nina. Si il y a UNE SEULE action qui passe sous les vêtements, le post sera envoyé à la corbeille.]

_________________

{ Couleur d'édition - Fiche + - Thème musical
Perso illustrateur : Sheena Fujibayashi }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pension-mahora.iowoi.org
Kinsue/Sanzo
Modo ingrat qui fait des trucs pas très nets avec sa dulcinée, Emiri, par sms ... XDD
avatar

Masculin Nombre de messages : 1368
Age : 26
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Iryumi
Particularités/pouvoirs:
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Dim 7 Fév - 13:27


| Emiri |

[On le sait Seg' xD, de toute manière j'ai fait exprès dans ce post là ]
___________________________________________________________________

Son cœur battait la chamade. Jamais, jamais il n’avait sentit son cœur battre avec autant d’intensité. Il s’était engagé avec Emiri et ce peut être pour très longtemps. Faisait-il le bon choix ? Il n’en savait rien à vrai dire, mais, il était certain que ce bout de chemin ensemble, qu’il espérait très long, serait une vraie partie de plaisir. Cela faisait peu de temps qu’ils sortaient ensemble, et Kinsue commença à perdre ses moyens. Quelques mois uniquement… Était-il vraiment prêt à sauter une étape ? Il se gratta la joue et ferma les yeux tentant de réfléchir avec tout le calme du monde. On disait qu’il y avait toujours une petit période de doute avant l’acte. Kinsue commençait franchement à se sentir très petit.

Comment gérer tout ça ? Olala. Je sais pas dans quoi je me suis embarqué, mais c’est pas le moment de se dégonfler après avoir montrer tant de joie à cette idée… Je risquerais de blesser Emiri ou pire encore… J’en ai envie aussi, mais je me demande si ce n’est pas trop tôt.. Ou trop tard ? AH ! Que penser ?! Ma réflexion va à la vitesse de la lumière, il faut que je fasse vite. Il faut que je trouve quelque chose à faire. Il faut que j’ai le temps de me poser, de réfléchir, de décider. Il ne faut pas que ce soit précipité parce qu’on le regretterait tous les deux.

« Kinsue. Tu sais... Avec tout ce que je t'ai raconté ça risque de pas être facile... Mais je veux bien essayer avec toi. Parce que je t'aime, et pour moi... Si tu veux qu'on le fasse... Ce sera bien plus qu'un acte sexuel... Ce sera une preuve d'amour. »

Bon il est temps pour moi de jouer franchement. Un, deux, trois…


Mais, Emiri le devança. Elle fit sa petite tirade et il en fut très touché, qu’elle envisage un futur à deux, ou à trois avec un enfant. Car Kinsue n’était pas le genre d’homme qui avait peur de la génération suivante, bien au contraire.

« Je le sais bien Emiri, pour moi aussi se serait la meilleur preuve d’amour. Mais j’ai peur de te décevoir parce que se sera trop tôt. Parce que tu aurais peur. Parce que…, il y a tellement de raisons que je pourrais sortir. C’est pas une esquive, j’essaie de voir le pour et le contre. Je ne sais pas où cette soirée va nous mener mais je suis sur d’une chose : cette soirée se terminera bien parce qu’on se tient la main tu vois ? C’est symbolique. Je sais qu’avec toi je ne peux qu’être que heureux, mais je perds un peu mes moyens pour être franc. Ça fait longtemps que je n’ai pas eut de relations stables et encore moins de relations sexuelles, -en fait j’en ai une qu’une- alors je perds un peu les pédales. Il est vrai que qu’en on est loin de l’acte, on se dit que tout sera vraiment cool et que ça se passera très vite. Mais maintenant qu’on est proche, moi, je ne peux me permettre de me lancer dans quelque chose de si… Euh. De si important sans savoir les conséquences. C’est à dire que se sera notre première fois, et si c’est raté, je m’en voudrais. Car pour moi aussi c’est une preuve d’amour, pour moi aussi, enfin j’espère que tu comprends… »

Il prit son souffle et fronça les sourcils. En fait il avait sortit « Embrassons nous, faisons une jolie famille et tout ira bien d’accord ? » sur le coup. Kinsue vivait du jour au lendemain à vrai dire, mais c’est vrai que la possibilité d’un futur à deux ne le laissait pas indifférent, même, il en serait très heureux et très fier.

« Merci Emiri, c’est beau ce que tu dis là. Je serais moi aussi heureux de partager mon futur avec toi. Mais… Comme tu dis, nous sommes jeunes, on sort ensemble depuis quelques temps, peut être que c’est tôt non ? Je ne sais pas. Bah, on verra qu’en on se sentira prêt, on le saura au moment venu je suppose. »

Kinsue se mit à sourire pour la rassurer et l’embrasse en douceur pour la mettre à l’aise. Après un baiser aussi doux que la neige et aussi chaleureux qu’un rendez vous au coin d’un feu, il se leva un peu pour mettre un point de distance entre eux, pour leur permettre de réfléchir tranquillement à leur situation. Il se pencha néanmoins pour lui déposer un baiser sur le front. Il s’étira sur la suite et regarda le toit en verre :

« A ton avis, il est quelle heure ? »

Changer de sujet, c’est la meilleure chose à faire pour nous relaxer en douceur. Je me sens un peu perdu, mais je sais en même temps que je ne le suis pas. Enfin, c’est un peu bizarre comme sentiment mais bon. Je suis inondé de sentiments divers, il se battent, se bousculent, me parlent chacun leurs tour, je ne sais qui prendre au sérieux, qui écouter. Je suis un peu seul dans un flot dangereux, je m’embarque dans un nouveau tournant qui ne m’étais pas totalement inconnu. Je savais que j’étais déjà passé par là autrefois, avec Aya. Maintenant, c’était avec Emiri, mais c’était une sensation nouvelle, ce n’était pas le même personne qui m’accompagnait, donc c’était un nouveau non-nouveau, enfin je me comprends quoi. Mon esprit était pourtant serein à l’idée de partager mon corps avec Emiri. Je n’osais cependant pas poser la question à mon corps, je savais déjà la réponse. Ma conscience me disait quand à elle d’attendre encore un peu, tout allait si vite ! C’est incroyable ! Devais-je y aller l’esprit serein mais pas la conscience tranquille ou vice versa ?Si seulement je pouvais avoir une petite ampoule au dessus de la tête comme dans les dessins animés. Une lumière pour m’éclairer dans cette obscurité affolante. J’ai tellement peur de la décevoir. Avait-elle suffisamment confiance en moi aussi ? Car un couple c’est aussi la confiance…Je baisse les yeux vers le sol froid : du carrelage. Je fais quelques pas, mes pas claquent doucement sur le parterre, j’ai l’impression que si je ne me dégourdi pas les jambes, je vais m’enraciner, et restait dans la confusion. Il fallait que je libère mon esprit de toutes ses questions, que j’apaise ma conscience et que je contrôle mon corps. Tant de choses à la fois qui paraissent insignifiantes, mais qui jouent le rôle de poids sur mes épaules.

Il ouvrit la porte de la véranda et se glissa sous la neige en jetant un regard malicieux et amoureux à Emiri, tout sourire sur ses lèvres. Ses pas n’étaient pas des fardeaux, ils glissaient sur la neige, comme s’ils faisant qu’un. La neige avait le don de vous calmer avec cette infinie douceur indescriptible, c’était presque magique, comme Mahora. Kinsue s’arrêta et se retourna doucement, il fixait Emiri, la neige tombant doucement sur lui, autour de lui. Ses pas étaient tracés dans le parterre blancs, il la regardait, l’invitant à l’y rejoindre. Pour la convaincre, il ouvrit doucement sa veste, prêt à la couvrir contre le froid. Il savait qu’ils étaient rentrés à cause du froid, il était prêt à la réchauffer autant qu’il pouvait. Il avait cette envie de rester un peu sous la neige. Ses cheveux blonds étaient imbibé de neige. Ses yeux pétillaient de joie. Son sourire était éclatant. Sa posture droite mais relâché à la fois, donnant une touche sensuelle. Il était tout simplement beau à voir.

Il fait moins froid j’ai l’impression, ou c’est moi qui me réchauffe automatiquement ? Ahaha la bonne blague. Je pense plutôt que mes sentiments m’apportent de la chaleur, oui ça c’est plus plausible. J’ai une envie de danser, de te porter contre moi, et, d’entendre ton rire joyeux. Caresser tes cheveux de la même couleur que la pureté, de te sourire, de t’aimer encore et encore, un peu plus chaque jour. Un véritable bonheur. J’ai totalement oublié mon léger malaise de tout à l’heure, je me sens renaître. J’écarte mes bras, mon visage levé vers le ciel, un immense sourire dessinant mes lèvres, je commence à tournoyer doucement dans la neige en fermant les yeux. J’adore la neige, bien que cela paraisse enfantin, j’adore faire ça quand il neige, je sais pas, ça soulage mon cœur.

Il se mit à rire joyeusement, puis s’abaissa pour rassembler un petit tas de neige. Il fit un mini bonhomme de neige, amusé par la situation que prenaient les choses. Il relava son regard bleu intense vers celui d’Emiri. Puis de ses fins doigts, il inscrit dans la neige « je t’aime Emiri » d’une écriture élégante et fine, puis il ajouta un petit cœur avec une flèche le transperçant. Bon nombre de choses il y avait à faire avec la neige.

« J’avais besoin exactement de ce temps là. Double sens. La neige m’apaise, et j’ai réfléchis, un peu. »

Il se redressa sur son haut mètre 80 et la posa son regard sur le sien, la scrutant un instant avant de reprendre dans un murmure :

« C’est pas une si mauvaise idée Emiri. Je veux bien le faire, si tu es d’accord. Suis moi veux-tu ? »

22h12. Ni trop tard, ni trop tôt. L’heure parfaite pour un couple comme nous. Je marche vers sa chambre, sa main dans la mienne. Allons y Emiri, à deux, ensemble. La porte s’ouvre en douceur, je me retourne vers elle je lui souris car j’ai envie qu’elle me renvoie ce sourire mystérieux, ce sourire malicieux, ce sourire rassurant. Une preuve qu’on ne ferait pas erreur. Je referme la porte lentement derrière nous. Nous sommes vraiment seuls cette fois.

Il se gratta la tête, puis la première chose qui lui vint à l’esprit, car il était très anxieux, ce fut de l’embrasser. La seule chose dont il était capable de donner à cet instant. Mais bientôt, le contact serait plus fort, plus empreint d’amour. Il en était conscient, tout du moins, si Emiri se laissait faire, car il s’avait que ce ne serait pas une partie gagner d’avance. La jeune femme était traumatisé de son passé, il faudrait agir en douceur.

« Emiri, je t’aime. »


Leurs lèvres se rencontrèrent une fois encore.

_________________


"Ex-délinquant avoue avoir un penchant pour un ange ♥."

Spoiler:
 
    { Couleur d'édition }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-01.forumactif.com/
Emiri Eman
PP-makers
avatar

Féminin Nombre de messages : 518
Age : 25
Localisation : Pas loin...
Amour ? : Il est tellement génial. Il me comprend si bien. Je l'aime plus que ma propre vie, plus que n'importe qui. Kinsue. Rien que son prénom me fait frissoner 8D
Date d'inscription : 08/01/2009

Feuille de personnage
Classe:
Particularités/pouvoirs: Hermaphrodite les jours d'orage, atteint une force, une agilitée ainsi qu'une amelioration de la vue peu commune et très elevée lorsqu'elle se transforme. Elle va pouvoir acceder à ses pouvoirs sans orage, et sans transformation. Elle peut liberer une quantitée d'energie plus où moins puissante qui crée une onde de choc et peut faire reculer ses adversaires, non maîtrisé et non découvert.
Sang: Humain

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Jeu 11 Fév - 14:03

« Je le sais bien Emiri, pour moi aussi se serait la meilleur preuve d’amour. Mais j’ai peur de te décevoir parce que se sera trop tôt. Parce que tu aurais peur. Parce que…, il y a tellement de raisons que je pourrais sortir. C’est pas une esquive, j’essaie de voir le pour et le contre. Je ne sais pas où cette soirée va nous mener mais je suis sur d’une chose : cette soirée se terminera bien parce qu’on se tient la main tu vois ? C’est symbolique. Je sais qu’avec toi je ne peux qu’être que heureux, mais je perds un peu mes moyens pour être franc. Ça fait longtemps que je n’ai pas eut de relations stables et encore moins de relations sexuelles, -en fait j’en ai une qu’une- alors je perds un peu les pédales. Il est vrai que qu’en on est loin de l’acte, on se dit que tout sera vraiment cool et que ça se passera très vite. Mais maintenant qu’on est proche, moi, je ne peux me permettre de me lancer dans quelque chose de si… Euh. De si important sans savoir les conséquences. C’est à dire que se sera notre première fois, et si c’est raté, je m’en voudrais. Car pour moi aussi c’est une preuve d’amour, pour moi aussi, enfin j’espère que tu comprends… »

Emiri déposa un court baiser sur ses lèvres, souriante, elle lui répondit doucement, dans un murmure, touchée par ses paroles, ce qu'il venait de dire :

« Ca se passera bien… Parce qu’on est tous les deux, tout ira bien… »

Voilà que c’était elle qui disait ça. Elle qui était terrifiée… Il lui inspirait une confiance telle qu’elle ne pouvait douter.

« Merci Emiri, c’est beau ce que tu dis là. Je serais moi aussi heureux de partager mon futur avec toi. Mais… Comme tu dis, nous sommes jeunes, on sort ensemble depuis quelques temps, peut être que c’est tôt non ? Je ne sais pas. Bah, on verra qu’en on se sentira prêt, on le saura au moment venu je suppose. »


Ils s’embrassèrent à nouveau, qu’elle était douce, la chaleur de ses lèvres si tendrement posées sur les siennes. Leurs mains se délièrent, il se leva doucement. Emiri le contempla d’en bas, le trouvant grand. Sa haute et large carrure lui allait bien, il était svelte, mais bien proportionné et musclé. Elle leva le visage vers le toit blanchit de la véranda, la neige l’avait à présent recouvert d’un fine couche poudreuse. Ils étaient comme dans un cocon tout blanc, le paysage dehors était simplement magnifique. Emiri sourit et ferma les yeux, tandis qu’elle sentait le baiser fugace qu’il déposait sur son front dégagé.

« A ton avis, il est quelle heure ? »


Emiri soupira doucement :

« Je sais pas. »

Il se détourna d’elle alors qu’elle aurait voulu qu’il reste. Peut-être en avait il assez de cette proximité grandissante ? Etait-elle trop collante ? Mais non, voilà qu’il l’invitait contre lui en ouvrant sa veste. Elle se leva en soupirant légèrement, un sourire se dessinant sur ses lèvres. Au final comment se finirait la soirée ? Se sépareraient-ils au pas de la porte, où passeraient ils la nuit tous les deux … ? Emiri ferma doucement les yeux en profitant des milliers de frissons qui parcouraient son échine. Les gros flocons tombaient sur son visage et dans son cou, mais elle aimait leur froideur pure, leur blancheur immaculée qui se confondait avec celle de ses doux cheveux. Elle ouvrit doucement les paupières, une petite poudre blanche accrochée à ses cils qui papillonnèrent plusieurs fois pour s’en débarrasser. Elle vit que, dans la neige, était tracé son prénom avec un gros cœur percé d’une flèche. Un grand sourire éclot sur son visage, elle rit doucement et s’approcha de son petit ami avec une lueur tendre dans le regard. Elle s’accroupit doucement et traça un « je t’aime » fait de lettres un peu grossières, aux côtés du siens, puis en dessous, deux petits cœurs encadrant la petite phrase « Mon Kinsue ». C’était un joli tableau, ce petit bonhomme de neige qu’il avait précédemment fait et ces écritures. Ses yeux brillaient de bonheur, ses prunelles pourpres étaient éclairées par une lueurs heureuse.

« J’avais besoin exactement de ce temps là. Double sens. La neige m’apaise, et j’ai réfléchis, un peu. C’est pas une si mauvaise idée Emiri. Je veux bien le faire, si tu es d’accord. Suis moi veux-tu ? »


Emiri le regarda dans les yeux puis lui prit la main et le suivit, son angoisse reprit doucement, puis, au fur et à mesure qu’ils se rendaient à sa chambre, elle sentit une boule se créer dans son estomac. Sa main dans la sienne était cruellement moite, mais le contact du jeune homme l’apaisait doucement. Elle souffla un bon coup avant de s’engouffrer dans la chambre. Ils se regardèrent, puis il l’embrassa doucement. Ses mains glissèrent dans son cou, Emiri referma la porte avant de tourner le verrou.

____________________________________________

Emiri avait les yeux ouverts. Ils se tournèrent vers le réveil : 1 : 33… Elle soupira, et nicha sa tête dans le cou qui était à sa disposition. L’odeur de son petit ami l’avait totalement apaisée. Qu’elle magnifique soirée. Elle était contre lui, dans ses bras chauds, contre sa peau douce qui sentait bon. Elle l’aimait. Tout s’était bien passé, malgré la grande frayeur qui l’avait éprise, il avait su s’y prendre avec tendresse et douceur et cette nuit avait sûrement été sa plus belle nuit d’amour. Ses yeux se fermèrent puis s’ouvrirent doucement, elle bailla un peu. Kinsue dormait depuis quelques minutes, tandis qu’elle voulait se remémorer ces moments si doux qu’elle avait partagés avec lui. Elle se redressa doucement, découvrant son dos de la couette, et se mit à le regarder pendant plusieurs minutes. Elle aurait voulu lui donner toute la tendresse du monde, il était si beau.

_________________
Merci Kiki <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinsue/Sanzo
Modo ingrat qui fait des trucs pas très nets avec sa dulcinée, Emiri, par sms ... XDD
avatar

Masculin Nombre de messages : 1368
Age : 26
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Iryumi
Particularités/pouvoirs:
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Jeu 11 Fév - 22:37



Il entendit le verrou de la porte non loin de lui. Kinsue était certes nerveux mais au fond très heureux. Kinsue se retourna lentement vers Emiri, voulant se faire désirer aussi. Mais son regard se porta sur la fenêtre qui donnait elle-même sur la ville enneigée et illuminée. Kinsue demanda à Emiri de ne pas fermer les volets, souhaitant garder cette lumière de la ville chaleureuse, car c’était beau. Il s’assit sur le lit et regarda la jeune femme qui était devant lui. Qu’elle était belle dans la faible lueur émanant de la fenêtre. Kinsue fut impatient de commencé, mais il savait qu’il devait être doux et délicat avec elle, sinon c’était peine perdue. Il glissa sa main au creux de la sienne pour les entrelacer avec douceur, lui donnant confiance, et se donnant courage. Ses joues se colorèrent lentement d’un rosé mignon contrastant avec ses cheveux d’un blond étincelant. Il baissa la tête, fermant les yeux. Kinsue réfléchissait, était-ce une bonne chose ?

Tant pis, on est lancé après tout, je risque plus de la frustré qu’autre chose. …

Kinsue lui laissa place à ses côtés, sa main libre rejoignit sa main et il l’embrassa longuement, son cœur battait à tout rompre mais, son regard, il pétillait de malice et de mystère. Il avait hâte de la connaître avec plus d’affinité. Il la serra doucement contre lui et embrassa son cou toujours avec cette douceur infinie que jamais la neige n’aurait eut. Kinsue se mit à sourire, séduisant comme jamais, il misait sur son dernier point fort pour se mettre à l’aise : la séduction. En rencontrant son regard, son cœur s’envola loin de son corps, parcourant le ciel à travers les nuages. Il allongea Emiri lentement et se mit au dessus. …

Imaginez… Deux petits anges semblables à Kinsue et Emiri, se tenant la main. Leurs ailes virevoltent, virevoltent, virevoltent... Les nuages sont moelleux et doux comme du marshmallow …Nous étions ainsi dans un monde étrange et fabuleux à la fois que seul nous deux connaissions. On gambadait mains dans la main, tout sourire scotchés aux lèvres. Plus haut on volait, ensemble. Nous étions qu’un, nous faisions qu’un. Le ciel était d’un bleu azur, on voyait la terre défiler sous nos beaux yeux, pour rien au monde on se serait quitté. Le vent passait dans nos cheveux, on allait de plus en plus vite, le souffle nous manqué mais on ne s’arrêtait pas parce qu’on s’aimait. On entrelaçait nos doigts, on se regardait avec tout l’amour du monde. Je rougis, tu me souris. On s’embrasse, on tournoie dans le ciel en riant aux éclats. On se comprend, on se complète. Je te souris tu m’imites, le soleil se couche tendrement, nous serrait dans ses rayons chauds, on s’y sent bien. On se pose dans notre petit nid dans une branche d’arbre. Je m’y couche, tu te colles à moi, je met la petite couverture sur nous. De là, on observe la nature qui s’endort, et nous on continue de se regarder. Les étoiles brillent de mille feux, c’est beau ! On se sent bien, on se sent nous deux… J’embrasse ta main et caresse des douces petites ailes blanches, pures, aussi pure que toi. J’ai envie d’aller plus loin avec toi. Pour toi. Je m’envole, déterminé, je passe à travers les nuages qui malicieux, essaient de me piéger, mais je passe en travers, le sourire aux lèvres. Je tend la main vers mon étoile. Je monte, je monte, de plus en plus vite, de plus en plus fort, de plus en plus intensément. Pour toi, parce que je t’aime. J’attrape ma lumière, si haute… Je savais ce que c'était que le septième ciel, enfin. Je redécouvrais le plaisir à l'état pur...

Kinsue s’endormit, épuisé par l’évènement qui venait de se terminer. Son corps était couvert d’un filet de sueur, ses yeux d’ordinaires pétillants et malicieux étaient refermés, eux mêmes dormaient. Tout son corps qui avait été dans un état de transe intense s’était finalement calmé, et s’était posé paisiblement sur les draps défaits. Le jeune homme réussit néanmoins à ouvrir ses yeux azur, bleus clair, clair de joie, de satisfaction. Il se redressa doucement, et mit le drap de sorte à cacher sa nudité. Il prit Emiri dans ses bras, il se mit à sourire doucement en la serrant amoureusement :

« Je l’ai trouvé ma lumière… »

Sur ses mots, il déposa un doux baiser sur ses lèvres, pour ensuite enfiler un boxer. Il s’étira et revint au lit, aux côtés de sa douce.

« Emiri, tu ne regrettes pas ? »

Il passa sa main dans les cheveux blancs d’Emiri, inlassablement, un air amoureux et doux peint sur le visage. Il souriait tendrement.

_________________


"Ex-délinquant avoue avoir un penchant pour un ange ♥."

Spoiler:
 
    { Couleur d'édition }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-01.forumactif.com/
Kinsue/Sanzo
Modo ingrat qui fait des trucs pas très nets avec sa dulcinée, Emiri, par sms ... XDD
avatar

Masculin Nombre de messages : 1368
Age : 26
Date d'inscription : 07/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Iryumi
Particularités/pouvoirs:
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Mar 16 Mar - 11:24

    DOUBLE POST MODO & RPGISTE :
    Bon j'vais pas poster ça dans mon... MAGNIFIQUE post *PAN*
    Pour juste signaler aux passants qui passeront (haha.) ici que le topic est mit en suspension pour cause que ma partenaire de RP ici, Emiri Eman alias Nion, sera absente pour une durée indéterminée. Donc, je voudrais que les autres membres du Staff conservent ce RP, si Nion décide de revenir mais trop tard, c'est à dire : quand ce mini event sera clos, j'aimerais le finir avec une autorisation exceptionnelle T^T.
    Merci de votre compréhension et bonne journée/soirée/nuit à tous et à toutes ♥
    Kiki, Modo.

_________________


"Ex-délinquant avoue avoir un penchant pour un ange ♥."

Spoiler:
 
    { Couleur d'édition }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-01.forumactif.com/
Iku L. Samuro
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
Fondatrice tyrannique/ Tsundere androïde sadique, et folle amoureuse d'une bête rouge :3
avatar

Féminin Nombre de messages : 1975
Age : 25
Localisation : Derrière toi. *BAM !* Haha ! C'était une blague ! J'étais devant.
Loisirs : S'entraîner, jouer et écouter de la musique, lire, etc... Mais bon, 'faut dire qu'avec tous ces boulots, on trouve moins le temps de se détendre -_-
Amour ? : Lloyd, Lloyd Irving ! Ça va faire deux ans... *effusion de cœurs*
Date d'inscription : 07/01/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine (non officiel : Menakata)
Particularités/pouvoirs: Armes sortant des poignets, omoplates, épaules, genoux, coudes, dos, et bassin. La deuxième et finale forme de son corps, annoncée par un changement de couleur des pupilles, fait apparaître une sorte d'arc très bizarre directement tracé à partir de son bras (flèches dans son canon), c'est cette arme qui accumule tous les coups (force physique ou magique) et permet de les dévier. Sang régénérateur : son sang produit de nouvelles cellules et referme une plaie PHYSIQUE dans la 10aine de minutes qui suit quand elle est immobile, mais la plaie reste à l'intérieur du corps. régénère les petits organes comme yeux ou os TRES RAREMENT. [NON MAITRISE]
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   Mar 16 Mar - 18:07

Y'a pas de problèmes, après l'event, tous les sujets de cet event seront envoyés dans la catégorie de Place d'Imata, et j'éditerais leurs titres en ajoutant un "[BAL]" :)

_________________

{ Couleur d'édition - Fiche + - Thème musical
Perso illustrateur : Sheena Fujibayashi }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pension-mahora.iowoi.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alright, come on. [PV Emiri] [EN SUSPENSION]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Senateur démocrate Leahy Calls demande le gel des fonds et suspension des visas
» « It's ok. It's alright. » (13.10.11 à 16h21)
» Yeah, you show me good loving make it alright need a little sweetness in my life (elya)
» suspention FOX VTT
» Préparation suspensions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Imata - Le quartier commerçant :: La place d'Imata-
Sauter vers: