.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour toujours ? (PV Allen)

Aller en bas 
AuteurMessage
Hatsu

avatar

Féminin Nombre de messages : 375
Age : 24
Amour ? : Allen, Et cela Pour toujours, non ? :)
Date d'inscription : 06/01/2009

Feuille de personnage
Classe: Magicien
Particularités/pouvoirs: Magie du vent (Pour l'instant, non maitrisé)
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Pour toujours ? (PV Allen)   Mer 13 Jan - 17:12

(Je compte sur toi pour écouter une super chanson en lisant mon post ! Désolé je voulais le poster hier, mais j'ai pas eut le temps... Mais le voilà, c'est le principale, non ? Je t'aime I love you)

La première fois qu'elle s'était rendue à un bal, elle avait 13ans. Elle accompagnait son meilleur ami, en se faisant passer pour sa petite copine en espèrant séduire la fille qu'il aimait réellement. Mais celle-ci était elle aussi venu avec quelqun d'autre. N'imaginant pas du tout qu'elle aussi avait monté ce plan pour rendre jaloux le meilleur ami d'Hatsu, ils avaient pleuraient toute la soirée dans un coin. Lui, triste de perdre celle qu'il aimait, et elle, triste de voir son meilleur ami pleurer. Mais finalement, il n'avait pas put abandonner, et en fin de soirée, il était allé voir celle qu'il aimait pour lui avouer. Elle n'avait pas réagit. Lui, il l'avait simplement embrassé avant de s'enfuir. Le lendemain, elle était venue le voir pour tout lui expliquer, qu'elle avait fait semblant d'être avec quelqun d'autre pour le rendre jaloux et qu'elle en était affreusement honteuse. Et ils avaient finit par rire, ensemble. C'était un bon souvenir d'enfance qu'Hatsu gardait au fond de son coeur et qui la faisait sourir quand elle y repensait, comme ce soir là.

Hatsu était là, au milieu de sa chambre, fixant la robe étendue sur son lit. Elle était tellement, tellement heureuse, elle allait enfin vivre la soirée qu'elle avait tant attendu. Elle savait au fond d'elle que ce soir serait merveilleux mais elle avait tout de même un peu le trac. Simplement, parce qu'elle allait le voir, lui, le seul et l'unique dans son cœur, celui dont elle ne pourrait plus jamais se passer. Elle avait peur d'être près de lui, parce qu'elle était un peu timide, elle avait peur de mal agir, pourtant elle était si pressée de pouvoir voir son sourire, de pouvoir entendre sa voix, et de lui parler comme elle l'avait fait jusqu'à maintenant.
Elle regarda son réveil, sur sa table de nuit. Elle n'avait plus que 30min. Elle enfila sa robe, sans grande conviction, elle n'était pas sure que cette tenue serait adéquat au genre de la soirée. Enfaite elle avait l'impression de ne pas être assé bien habillé. Sa robe était noire, lui arrivait à mi-cuisse et était très fine, en voile et pas très chaude. Elle avait mis des collants couleurs chairs, et ses petites bottes en daim. "Beuh, c'est moche...". Elle n'était vraiment pas satisfaite, mais malgré la simplicité de sa tenue elle était très mignonne. Elle s'était mis un nœud dans les cheveux à l'arrière et de petits anneaux à ses oreilles. Elle avait aussi enfilé autour de son coup, une longue chaîne avec un adorable petit cœur au bout. Elle regarda de nouveau le réveil sur sa table de nuit : Plus que 10min. Elle se regarda une dernière fois dans le miroir, elle n'était toujours pas satisfaite, elle était pourtant très jolie. Elle pris une écharpe qu'elle enroula légèrement autour de son coup. Elle ne pris pas de manteau de peur de froisser sa robe. Elle emporta tout de même une petite laine, au cas où. Elle n'avait pas peur d'avoir froid, après tout peu importe. Puis elle sorti de sa chambre.
Dans le couloir, d'autres filles marchaient, toutes heureuses de partir au bal, toutes très bien habillés, dans de jolies robes. Hatsu était de plus en plus pressée, plus elle avançait dans le couloir, et plus elle avait envie d'y être. Elle avait tellement envie de le voir, de le serrer dans ses bras, et de lui dire qu'elle était heureuse d'être près de lui. Allen... Elle avait eut du mal à le croire, quand il lui avait proposé très gentillement de l'accompagner au bal. Au début elle pensait, à une blague, mais on ne rit pas de cette manière, et ce n'était pas du tout le genre d'Allen, de se moquer ainsi de quelqu'un d'autre. Alors, en voyant cette lueur de sincérité dans ses yeux, elle s'était rendue compte à quel point elle l'aimait, à quel point elle voulait rester avec lui. Elle avait dis oui, évidemment, il avait eut l'air heureux, et elle en avait été contente. Quand elle arriva dans le hall, des tonnes de couples se dirigeaient vers la sortie en direction du bal, se tenant la main. Cette ambiance, douce et pleine d'amour, toute ces personnes s'aimant, riant ensemble et s'embrassant... Ne serait-ce qu'être ici la rendait heureuse, elle sentait le bonheur des gens tout autour d'elle, un bonheur si pure. Elle pressa un peu le pas, ne pouvant plus attendre de le voir. Quand elle passa la porte, quand elle mit son pied dans la neige, quand elle sentit le vent lui souffler dans les cheveux... Une bouffée de bonheur monta en elle. C'était si peu, si peu qui pouvait suffire à la rendre plus heureuse. Elle sentait ses pas s'enfoncer dans la légère épaisseur de neige, le vent contre ses joues, le froid au bout de ses doigts. La lumière de la nuit était magnifique, le ciel plein d'étoile et les flocons tombant à travers les jardins.
Elle se souvenait de l'instant où le premier flocon était tombé : Elle était assise sur un banc, seule. Elle était triste. La guerre l'avait rendu triste. Elle ne s'était pas encore remise du fait qu'elle n'avait absolument rien put faire pour les gens qu'elle aimait. Elle savait qu'elle aurait put se battre elle aussi. Elle aurait utilisé toute ses forces, et quand elle serait tombé sous un coup, elle se serait relevée. Elle n'aurait pas perdue courage. Mais cela c'était passé autrement, et elle était resté derrière tout le monde, sans rien faire. Ce n'était évidemment pas de sa faute, elle n'avait pas décidé de rester à l'écart, à vrai dire si on lui avait demandé son avis elle aurait, sans hésité, voulu se battre. Elle regardait au loin, sans ne penser à rien. Elle écoutait le vent, c'était maintenant le seul à pouvoir l'apaiser. Et puis, alors qu'elle fermait doucement les yeux, elle sentit, se poser sur ses cils, un flocon de neige.
Ce souvenir fit sourire Hatsu.
Elle se sentait si bien. Elle n'avait même plus peur, elle n'attendait, maintenant, plus qu'une seule chose, c'était le retrouver, le voir, lui sourire, lui parler et finir par le prendre dans ses bras. A chaque pas, elle se sentait approcher de lui. Elle le désirait tant. Elle voulait de tout son coeur y être, elle voulait le voir. « Je veux le voir ! » Elle se mit à courir bêtement sans vraiment comprendre pourquoi. Elle était bien trop pressée d'y être pour marcher aussi doucement qu'elle l'avait fait jusqu'à maintenant. Quand elle était plus jeune, elle avait toujours de mauvaises notes en sport, à une exception : La course. Elle avait toujours aimé ça, courir et fendre le vent. Alors c'est ce qu'elle faisait, fendre le vent, et courir à travers les jardins, éviter les arbres, et sentir les flocons s'écraser dans ses cheveux. Elle était essoufflée mais elle n'avait pas envie de s'arrêter, alors elle continuait. Elle traversa à toute allure, la plus grande partie du jardin. Puis elle arriva, finalement sur la place principale d'Imata. Des petits stands avaient été installés en formant un énorme cercle dans lequel des tonnes de jeunes dansaient. Elle passa entre deux stands, légèrement essoufflée. La place était très joliment décorée, l'immense sapin au centre du cercle était magnifique et les lumières douces rappelaient vraiment l'ambiance d'un bal. Elle contourna plusieurs couples qui dansaient gaiement sur le son d'une guitare sèche. Elle regardait à droite et à gauche, espérant de tout son cœur apercevoir Allen dans un coin. Elle ne prêtait aucune attention aux autres, elle ne cherchait pas à savoir si une de ses connaissances seraient en train de danser. Même si habituellement elle était très attentionnée avec ses amis, elle n'avait, à cet instant, aucune pensée envers eux. Elle voulait juste Allen, juste lui.
Un jeune homme seul, attendant près d'un stand qui l'avait remarqué depuis quelques secondes, se pencha vers elle pour lui demander :

« Mademoiselle, une danse vous tenterait-elle ? »

Elle le regarda. Il avait un joli visage mais à côté d'Allen, il paraissait stupide et ignorant. Elle eut un soupir : Il n'avait pas vraiment l'air de s'intéresser à elle, surement voulait-il juste ne pas rester trop seul. Elle pensa donc, quand refusant il ne se vexerait pas et qu'il se jetterait sur une autre fille. Elle eut un rire nerveux :

« Je suis homosexuelle, pardonnez-moi ! »

Puis elle lui jetta un regard noir qui voulait dire « Dégage ». Il explosa de rire avant de s'excuser et de se retourner vers quelqu'un d'autre à la recherche d'une nouvelle partenaire. En continuant son chemin à travers la ''foule'', elle se donna une tape sur le front pour se punir de son attitude puéril. Elle n'avait pas vraiment réfléchis avant d'agir et de sortir ce mensonge grotesque, et elle n'aimait pas ça. Elle essaya de penser à autre chose en redirigeant ses pensées sur Allen qu'elle n'avait dailleurs toujours pas trouvée. A force de le chercher, elle finit par en conclure qu'il n'était pas encore arrivé. Mais malgré ça elle ne put s'empêcher de continuer ses recherches. A droite, puis à gauche : Toujours rien. Derrière puis devant : Rien non plus. Elle en avait marre d'attendre. Elle n'était pas énervé contre lui, mais plutôt contre elle même, d'avoir courut alors qu'il y aurait de l'attende au bout. Elle s'arrêta au milieu de la ''foule''. Un couple s'embrassait juste devant elle, mais elle ne réagissait pas. Elle se retourna en pensant se diriger vers l'un des stands, pour manger quelques choses . Mais juste derrière elle, à un mètre à peine, magnifiquement beau et radieux se tenait Allen, l'air apaisé, un sourire au lèvre légèrement moqueur comme s'il observait depuis tout à l'heure Hatsu le chercher. Elle n'y croyait pas, elle avait cette étrange impression d'une apparition de Dieu juste devant elle. Il brillait, il était superbe, et enfin elle pouvait le voir, enfin elle pouvait l'admirer. Un sourire se fendit sur son visage.

« Allen... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen Walker
PP-makers
avatar

Masculin Nombre de messages : 1843
Age : 25
Localisation : Quelque part en train d'écouter de la musique
Loisirs : Manger, écrire, lire, dessiner, écouter, composer... Rêver.
Amour ? : Hatsu <3
Date d'inscription : 05/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine
Particularités/pouvoirs: Bras se transformant en une énorme main ou en une épée-canon.
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Pour toujours ? (PV Allen)   Dim 17 Jan - 18:01

[ Eh! J'ai trouvé la chanson qui collerait parfaitement avec la fin. (a) . Pour l'instant voici celle qui colle (plus ou moins) avec celui là : - You&Me - . ] [ Post pas super super long, mais j'ai aimé l'écrire à partir du moment où je me suis laisser transporter. A&H. <3 ]

Confusion.

Seul les bruits veloutés de la neige écrasée sous les pas réguliers d'Allen troublaient le silence paisible qui l'entourait. Le jeune homme avait décidé de ne pas prendre un chemin trop répandu pour être au calme et pouvoir penser à sa guise. Effectivement, il était seul, et sa tête était embarrassée de toutes sortes de pensées.

La première venait de ses habits alors qu'ils se regardait gêné dans une vitre. Il n'avait jamais eu l'habitude de s'habiller et de se coiffer pendant des heures, et l'an passé, pour le bal précédant, cela lui avait aussi posé problème. Il n'était décidément pas très doué pour se préparer et il avait encore mis un temps fou pour réussir à dompter ses cheveux et à trouver une tenue correcte. Et il se demandait d'ailleurs si cette tenue l'était vraiment pour un événement comme cela. En réalité, il s'était abandonné, faute de moyen et d'idées à un style très simple et régulier: une chemise blanche légèrement froissée prouvant qu'il n'avait pas l'habitude de soigner ses vêtements, une cravate noir entourant simplement son cou et attachée d'une manière plus que suspecte, un jean délavé en bas et des converses grises pour marcher. Il n'avait vraiment pas fait dans l'extravagance, tout ce qui aurait pu le démarquer un peu des autres, dans sa tenue du moins, était la rose qui logeait dans la poche à la poitrine de la chemise et qu'il comptait offrir à Hatsu dès le début de la soirée.
Quand à ses cheveux, si souvent maintenus en l'air, il ne les avait pas tellement changé. Ils étaient toujours dressés à l'arrière en petites pics, des mèches de cheveux retombaient devant ses yeux bleus glaciers et il les écartait souvent. Ses cheveux étaient toujours aussi blancs, plus pur que jamais.

La deuxième était par rapport à l'heure et à l'arrivée pour son rendez-vous. Avec sa maladresse naturelle, Allen arrivait souvent en retard à chaque fois qu'il devait aller quelque part. Il oubliait toujours quelque chose le faisant revenir sur ses pas, où il était à moitié réveillé et se trompait de chemin, ou bien encore, il lui arrivait quelque chose d'improbable qui le faisait rater tout ce qu'il entreprenait. Cette fois-ci, il avait bien tout prévu. Il n'avait pas pris grand chose et avait vérifié cinq fois que les deux seules choses qu'il emportait avec lui était bien là: la rose et le cadeau. Il s'était passé de l'eau sur la figure, ce qui ne lui avait servi à rien, car il était bel et bien éveillé: confus, mais éveillé. Et n'étant jamais assez prudent, il était parti dix minutes avant qu'il n'aurait dut.

A cette pensée venait s'en rajouter une autre. Et un sentiment imminent de stress s'emparait de son cœur, l'écrasant de tout son poids, de tout ce qu'il aurait pu en faire. Le fait que, il devait retrouver Hatsu. Oui cette fois-ci, il avait rendez vous avec elle, il croiserait son regard parce qu'il savait qu'il allait le faire. Il n'aurait pas attendu trop longtemps pour la revoir, son cœur déjà tiraillé par le temps passé à l'attendre, à ne pas la voir. Il avait décidé, déjà depuis le moment où il lui avait proposé de l'accompagner au bal en tant que sa cavalière, depuis cet instant précis, qu'il lui dirait à la fin de cette soirée. Que cette fois ses sentiments feront surface et l'emporteront. Il ne connaissait pas sa réponse, et il n'attendait rien d'elle, rien de plus qu'elle n'avait déjà fait pour lui. Il avait simplement peur qu'elle change de comportement envers lui, et que plus rien ne soit alors comme avant, qu'il ne puisse plus la regarder de ses yeux amoureux sans que cela la gêne, qu'il ne puisse plus lui parler sans qu'elle y pense. Mais il avait comme une certitude qu'elle ne changerait pas, dans son cœur, cette promesse qu'il s'était à fait lui même par rapport à elle avait pansé la blessure que cela aurait pu causer. Et le refoulant au plus profond de son cœur, se le cachant volontairement à sois-même, même s'il en était désespérément conscient. Sa seule peur, aussi terrible et énorme qu'elle soit, était le fait qu'elle le refuse, car même si elle ne changeait pas de comportement avec lui, il se serait senti quand même, dans tous les cas, tellement mal qu'il en aurait voulu mourir.

Tant pis se disait-il, il mourrait alors d'amour pour elle, ne regrettant pas de n'avoir rien dit. Car être aimé, est un cadeau inestimable.


Le vent soufflait doucement dans les cheveux d'Allen et caressait sa peau. Les flocons tombaient déjà, et venait se poser un peu partout, duvetant le sol. Le jeune homme aperçu bien assez vite la place illuminée, dont on entendait déjà la musique se répandre. Il vit alors des jeunes filles passer avec leurs cavaliers, dans de très jolies robes de toutes les couleurs, scintillantes ou doucereuses. Elles étaient adorablement mignonne, par le fait que, tellement heureuse de partager ce moment avec la personne qu'elles aimaient, elles étaient resplendissantes. L'élève n'en était pas du tout jaloux, car bien que ces filles étaient magnifiques dans leur jolies robes, Hatsu l'était bien plus et même seulement au naturel. Il se vit alors les joues rosirent, l'imaginant déjà dans une petite robe qui ne la rendrait que plus adorable. Il chassa de suite cette pensée de sa tête, gêné par tant de dérive de sa part.

Pendant quelques instants, il se fit alors emporter par l'ambiance de la place d'Imata. Tellement agréable, qu'il en oubliait presque Hatsu. Cela lui rappela le Noël précédant, qui pourtant ne l'avait pas particulièrement été. Avec l'annonce de la guerre, la rencontre avec Lloyd, la déprime d'Iku, sa meilleure amie. Il se souvenait pourtant qu'alors, à ce moment là, personne ne se souciait de rien, personne n'était au courant de rien. Comme alors ce jour là, cette soirée là, où il était, et il tacha de lui aussi, ne plus penser à rien qu'à ce bal qui s'offrait à lui, et de l'occasion qu'il avait de passer la soirée avec celle qu'il aimait, lui aussi.

Allen était resté dans un coin, attendant désespérément l'arrivée de sa cavalière. Il avait fait un tour près des baffles pour voir le DJ, avait regardé émerveillé le sapin, en avait profiter pour manger un peu, puis était revenu à son point de départ. Plusieurs filles l'abordèrent ou le regardèrent avec un air envieux, mais il les évita docilement, s'excusant, ne comprenant pas l'effet de son charme. L'heure tournait et bien vite, celle du rendez-vous arriva. A ce moment précis, quand 18h20 pointa tandis que la nuit finissait de tomber, il fut tenté d'activer son œil pour la repérer. Mais cela n'aurait servi à rien car il ne repérait que des présences, et des présences il n'en manquait pas à l'appel autour de lui, et puis cela lui semblait bien déplacé. Il fit encore le tour, d'un peu plus loin cette fois ci pour voir si jamais il pouvait apercevoir l'être tant espéré. Après son tour, il se posa contre une marche, l'attendant encore, se sentant idiot d'avoir bouger, peut-être l'avait-il simplement raté. Il allait commencer à se traiter d'imbécile quand une voix familière retenti.

    « Je suis homosexuelle, pardonnez-moi ! »


Allen se releva subitement. Il fut inquiet du sens de la phrase puis voyant qu'alors, un garçon riait et s'en allait en s'inclinant, il y porta moins attention, jusqu'à oublier complètement. Elle était là, plus rien n'avait d'importance.

Le jeune homme marcha à pas extrêmement lents vers elle, mais la jeune fille s'esquiva vers un autre côté. Elle n'avait pas du le voir. Il la suivit sans dire un mot, et sans la lâcher du regard un seul instant. Quand elle finit par s'arrêter à un stand il stoppa son pas juste derrière elle. Elle se retourna alors, et il ne put s'empêcher de lui faire un sourire amusé, la trouvant tellement mignonne. Sans vraiment s'en rendre compte, il était alors comme ses jeunes filles accrochées au bras de leurs cavaliers qu'il avait vu un peu plus tôt: resplendissant de bonheur d'être aux côtés de celle qu'il aimait.

Il l'observa muet. Elle était pourvue d'une petite robe noire et fine, plutôt courte. Ses collants brillaient légèrement à la lumière des spots, et des bottes en daims venaient s'accorder harmonieusement tout en bas. Un nœud dans les cheveux la rendait encore plus mignonne, lui donnant un petit air ou style enfantin. Mais dès qu'elle lui offrit son sourire, il la trouva femme, et merveilleuse. Comme une enfant qui a grandi et qui est devenue sublime. Adorable et attirante. Rien de plus rien de moins, seulement aussi lumineuse qu'une étoile dans le ciel les soirs d'été en haut d'une colline ou près d'une forêt en montagne.

    « Allen... »


Sans qu'il ne s'en rende compte, son cœur s'était déjà mis à battre à tout rompre. Et tout cela lui faisait déjà mal. Mais ce mal qu'on redemande, comme quand on a nous même envie de pleurer, jusqu'à ce qu'on est plus de larmes, pour s'apaiser de tous ses maux qu'on ne peut plus supporter, et qui au final nous fait du bien. Cette douleur était telle. Et comme elle venait d'elle, il l'aimait déjà.

    - «  Hatsu... Tu es.... vraiment jolie. »


Et ce fut tout ce qu'il trouva à dire, car les mots lui manquaient pour la décrire, pour lui faire comprendre ses sentiments. Il rajouta, sous le coup de l'émotion un faible « trop même », puis s'en rendant compte, tellement embarrassé par ce qui venait de sortir de sa bouche il bafouilla quelques mots incompréhensible, se mordit allègrement la lèvre et secoua la tête pour chasser tout ceci de ses pensées.

Faute d'autre chose, il prit alors timidement la rose qui logeait dans sa poche et l'accrocha au nœud dans les cheveux de la jeune fille. Les couleurs concordaient, et tout cela donnait un contraste entre les cheveux et les accessoires très joli. Il évita de trop la regarder dans les yeux: trop gêné.

    - « Euh... J'aurais quelque chose d'autre, mais... après. »


Il manquait incroyablement d'assurance et cela l'embêtait. Tellement qu'il se demandait déjà comment il pourrait lui avouer ses sentiments à la fin de la soirée. Il préféra ne pas y penser et passer à autre chose. Faisant un effort considérable, il la regarda dans les yeux. Pendant quelques instants il ne dit rien, puis essaya de lui faire un sourire chaleureux.

    - «  Est-ce que tu veux danser? »

_________________
"Je sais ce que nous sommes mais moi, je veux être un destructeur qui sauve des gens."


KIDA'S BAAANG&Membre du club des joyeux écrivains de mahora.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hatsu

avatar

Féminin Nombre de messages : 375
Age : 24
Amour ? : Allen, Et cela Pour toujours, non ? :)
Date d'inscription : 06/01/2009

Feuille de personnage
Classe: Magicien
Particularités/pouvoirs: Magie du vent (Pour l'instant, non maitrisé)
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Re: Pour toujours ? (PV Allen)   Mar 2 Fév - 0:14

(Je compte encore sur toi pour la musique, tu es tellement forte pour ça :DD ! Un peu court, un peu pas super, mais Bonne Lecture quand même (y) Je t'aime FIGHT :DD)

Wah, wah, wah. En cet instant, tout était tellement parfait. Le vent dans ses cheveux, les rires autour d'eux, le regard qu'Allen posait sur elle, le sourire plein de tendresse qu'il lui adressait, tout avait l'air si merveilleux. Elle était tellement heureuse. Il était magnifique, splendide, et il illuminait son cœur de bonheur. Il n'avait rien fait, son sourire pouvait suffire, et il était bien présent. Elle remuait doucement la tête en souriant "C'est pas vrai...". Elle s'approcha de lui, par petit pas. Elle le regarda discrètement de la tête au pied. Elle imaginait bien qu'il n'avait pas sut comment s'habiller et qu'il avait finis par opter pour la simplicité, et cela lui allait à ravir. Elle regarda son visage, ses yeux très clairs, et ses mèches de cheveux blanches. Elle retint sa respiration. Elle le désirait tellement, elle le voulait à tout pris près d'elle, comme ci le temps passé les avait éloignés et qu'elle ne pouvait supporter d'être loin de lui. Elle voulait s'excuser de le désirer tant, d'être aussi égoïste et de ne le vouloir que pour elle seule, mais elle ne pouvait pas sans empêcher. Elle était tellement heureuse près de lui, il lui donnait tellement d'amour et de bonheur. Personne n'avait jamais fait autant inconsciemment pour elle. Oui, parce qu'il ne s'en rendait pas compte. Il ne comprenait pas à quel point elle s'était sentie mieux après l'avoir rencontré, il n'arrivait pas à comprendre qu'il était devenue pour Hatsu, cette personne que l'on désire chérir jusqu'à la fin de nos jours, que l'on souhaite voir heureux à jamais et que l'on veut consoler et faire sourire. Il n'arrivait pas à s'en rendre compte et cela le rendait tellement mignon, tellement tendre et attentionné. Il ne pouvait pas voir ni comprendre que chaque mots qu'il lui adressait était source de son bonheur, que quand il la regardait elle sentait tout l'amour qu'il lui portait et qu'elle le regardait avec ce même amour.

- « Hatsu... Tu es.... vraiment jolie. »

Elle fut gênée. Elle ne savait pas quoi dire, il était tellement adorable. Elle ne se trouvait pas jolie, elle n'avait aucun avis sur la chose. Mais quand il le disait, cela paraissait tellement vrai. Elle en avait un peu honte mais elle ne pouvait pas s'en empêcher, il paraissait tellement sincère. Il lâcha un minuscule "Trop même", comme s'il n'avait pas put se retenir. Elle fut surprise et de nouveau gênée. Elle le regarda dans les yeux pour lui adresser un sourire sincère en remerciment. Puis il sortit de la poche de sa chemise blanche, une jolie rose qu'Hatsu n'avait même pas remarqué. Il s'approcha d'elle, tout près. Tellement près que le bout de leurs pieds se touchaient. Allen accrocha la fleur avec le noeud qu'elle avait mis dans ses cheveux. Hatsu fut touchée, elle releva la tête et le vit sourire, comme heureux d'avoir put lui faire plaisir. Elle était si heureuse, elle voulait le remercier de l'avoir invité, d'être là et même de lui avoir offert une fleur. Il faisait tout ce qu'elle aurait voulu qu'il fasse, c'était comme s'il lisait dans ses pensées, et ça la rendait heureuse. Parce qu'elle voulait qu'il lise, elle voulait qu'il lise dans ses pensées à quel point elle l'aimait.
Il releva la tête, lui aussi, et la regarda timidement.

- « Euh... J'aurais quelque chose d'autre, mais... après. »

Elle n'aurait pas voulu d'autre choses, sa présence suffisait bien emplement. Elle voulait juste son amour, juste son amitier. Elle voulait juste qu'il soit là. Elle aquiesca en souriant. Leurs pieds se frolaient, et rien que ça, rien que le bout de leurs chaussures l'un contre l'autres était un signe d'amour. Allen souria à Hatsu. Tellement sincèrement, tellement chaleureusement, elle l'aimait si fort. Elle était complétement folle de lui, et elle avait du mal à s'en rendre compte.

« Est-ce que tu veux danser? »

Elle se souvenait bien de la dernière fois qu'elle avait dansé. Encore une fois, c'était à cette fameuse fête, où elle avait accompagné son meilleur ami. Ils avaient tout les deux dansé un slow sous les yeux génés de la fille qu'il cherchait à séduire. Et son meilleur ami répétait sans cesse à Hatsu, qu'elle dansait très bien. Elle se doutait un peu qu'il ne disait ça que pour lui faire plaisir, d'une certaine manière il cherchait à la remercier de tout ce qu'elle avait fait. Et en réponse, elle se contentait de sourire chaleuresement parce qu'elle savait que même s'il ne le pensait pas vraiment, et que même si à travers ces gentillesses il adressait plutôt des mercis, c'était un compliment plein d'amitier.
Elle acquiesca en souriant :

- Oui, bien sur...

Allen lui pris la main et ils se glissèrent parmis la foule pour se rapprocher un peu du grand sapin. Ils finirent par se caser au milieu des autres jeunes. Les lumières s'étaient presques éteintes, donnant une athmosphère romantique. De petites lumières de toutes les couleurs tournées parmis la foule, lentement, s'accordant à la musique douce. Allen lâcha la main d'Hatsu. Ils se regardèrent un très court instant, en souriant. Puis Allen mis ses mains autour de la taille d'Hatsu, et Hatsu autour du cou d'Allen. Les autres firent pareil à l'annonce de la chanson plus douce, se serrant plus ou moins, se calinant amoureusement.
Hatsu était si bien. Elle aurait voulu rester dans ses bras infiniment, le serrer fort contre son coeur, être sure de ne jamais le perdre. Elle voulait lui dire, elle voulait qu'il le sache, et même si elle ne recevrait rien en retour, le simple fait qu'il puisse l'entendre, qu'il puisse percevoir dans ses yeux tout l'amour qu'elle éprouvait pour lui suffisait. Ils se serraient tendrement l'un contre l'autre. Ils étaient bien, ça se voyait, ça se sentait. Leur amour aurait put éblouir tout le monde tellement il était fort, mais personne n'avait l'air de s'en rendre compte, ils étaient entouré d'une foule, mais seul à nager dans un tel bonheur, dans tant d'amour. La musique les berçait doucement, ils étaient amoureux et n'importe qui aurait put le deviner, il suffisait de regarder la manière dont ils se tenaient l'un près de l'autre, dont ils se souriaient.
Hatsu posa sa tête sur l'épaule d'Allen. Son regard se porta sur un couple qui, tout en dansant, se regarder dans les yeux avec des sourires dessinés sur leurs lèvres. Le garçon était un peu plus grand que la fille, tout les deux blonds aux yeux bleus, on aurait pu les prendre pour des frères et soeurs. Ils avaient l'air tellement complémentaire, ensemble à jamais. Le garçon dit à sa cavalière, un sourire sincère aux lèvres.

- Hé, Je t'aime.

Ils se serrèrent tendrement l'un contre l'autre comme si plus rien n'aurait put les séparer.
Hatsu eut comme un déclic. Elle les regardait les deux yeux grand ouvert. Elle avait l'impression d'avoir tout compris. Son coeur se mettait à battre très vite tellement elle était surprise. Elle aussi elle voulait qu'il lui dise, elle aussi elle voulait l'entendre et pouvoir répondre "Moi aussi.". Jusqu'à maintenant elle avait toujours pensé que ce n'était pas important d'être aimé en retour, qu'un seul amour pouvait suffir à rendre heureux.

Moi aussi je veux l'entendre le dire, je veux qu'il le saches, je veux l'aimer, et être aimé. Je veux lui être utile et qu'il me remercie d'être là, je veux pouvoir l'aider. Je veux qu'il aie besoin de moi ! Allen... Pardon, je suis trop égoiste, mais je ne peux m'empêcher de penser qu'un jour nous serons peut étre séparé, peut être qu'il s'en ira faire sa vie autre part, qu'il me laissera toute seule et je ne veux pas que ça arrive. Je veux que les gens nous regarde en ce disant "Comme c'est beau l'amour !", je veux que tout le monde sache que je l'aime ! Je veux qu'il le saches, mon Dieu !

Elle releva la tête vers Allen qui au même moment la regarda. Elle lui souria malicieusement, comme si elle venait de découvrir quelques chose de merveilleux mais qu'elle voulait le garder pour elle. Il pencha légèrement la tête vers le côté d'un air interrogateur : Adorable.
Ce sentiment avait toujours était là, depuis qu'ils s'étaient rencontrés, mais elle n'avait pas sut lui donner une explication et l'exprimer par des mots. Maintenant, elle le pouvait, il était si fort dans son coeur, comme quelques chose qui grandit petit à petit, qui s'intensifis et qui devient infinis. L'amour, non ?

Mon Dieu, comme je t'aime <3 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen Walker
PP-makers
avatar

Masculin Nombre de messages : 1843
Age : 25
Localisation : Quelque part en train d'écouter de la musique
Loisirs : Manger, écrire, lire, dessiner, écouter, composer... Rêver.
Amour ? : Hatsu <3
Date d'inscription : 05/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine
Particularités/pouvoirs: Bras se transformant en une énorme main ou en une épée-canon.
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Pour toujours ? (PV Allen)   Dim 21 Fév - 16:47

[ Désolée pour le retard et en plus ce n'est pas très très long. Je... Arf, je me suis laissée emporter par l'émotion et du coup je me sentais trop mal pour Allen. En tout cas, ça a pris un tour auquel je ne m'attendais pas si vite. On verra ce que ça donne. Tu peux faire un événement qui retarde l'instant aussi si tu en as envie.]

Music please

Les secondes qui s'écoulèrent entre le temps de la question posée et de la réponse tant espérée parurent durer une éternité dans la tête d'Allen.

Bien qu'il eut fait quelques jours auparavant une proposition bien plus importante et difficile à prononcer, sous les yeux de l'être aimée, son estomac suivit ces trois étapes : se tordre, se nouer pour finir par se serrer tellement fort qu'il eut l'impression que cela se propagea jusqu'à sa gorge pour le laisser suffoquer.
Il ne respira que quand elle lui rendit la réponse, et se trouva aussitôt ridicule de faire autant de flan pour une simple danse, tandis qu'elle était sa cavalière, et qu'en période de bal, là était tout l'intérêt... Ou presque.

- Oui, bien sur...

Même si ces quelques mots étaient de coutume, cela fit vraiment plaisir au jeune homme qui attrapa aussitôt la main d'Hatsu pour la mener sur la piste, le sourire au lèvres. Sa main est chaude, pensait-il tandis que ses joues rougissaient un peu de cette remarque. Et la chaleur de la main qu'il tenait dans la sienne lui réchauffait allègrement le cœur. Il aurait voulu la garder, l'emprisonner ainsi à jamais mais... il la lâcha à regret une fois qu'ils se trouvèrent dans un bon emplacement, près du sapin, dont il humait les effluves d'odeur agréable.
Il ne remarqua l'ambiance romantique qu'avait arboré les lumières que quand il lâcha la main de sa bien aimée. Comme si le simple contact avec la jeune fille lui faisait oublier tout ce qui se trouvait autour de lui. Comme si la laissait lui faisait percer la bulle qu'il avait construite avec elle. La bulle qui était faite pour eux, et qu'eux seuls connaissaient. Leur moment. Leur instant. Leur amour.

Allen passa délicatement ses bras autour de la taille d'Hatsu et l'attira doucement vers lui tendis qu'elle entourait son cou de ses bras. Le contact de ces derniers contre la nuque du jeune homme le fit frémir et il rougit. Il espérait qu'elle ne l'avait pas senti frissonner sinon cela l'aurait incroyablement gêné. Malgré la gêne qui prenait possession de lui misérablement, il se sentait merveilleusement bien. Leur corps étaient si proches qu'il sentait la chaleur de celui de la jeune étudiante. Il ne la regardait pas, éviter son regard mais tous ses sens étaient concentrés sur son contact, sur le reste de parfum qu'il pouvait sentir parvenir de ses cheveux. Il était presque devenu sourd. Les discussions qui couraient à droite et à gauche lui parvenaient comme si une sourdine les avait bouchés. La chanson qui passait à ce moment là, qu'il reconnaissait comme étant la version d'Hallelujah de Jeff Buckley, était devenu son fond sonore, qui le berçait tandis qu'il tournait, lentement, lentement... tout en serrant toujours de la même manière la jeune fille dans ses bras.

Le jeune homme remarqua soudain que Hatsu avait la tête ailleurs, elle regardait envieuse un couple de jeunes gens à sa droite. Il n'avait pas entendu ou écouté plutôt, la conversation qui s'était déroulée entre eux quelque instants plus tôt et ignorait donc pourquoi la jeune fille semblait vouloir être à la place de la blonde. Il eu un pincement au cœur, il espérait de tout ce dernier qu'elle ne voulait pas être auprès du blond qui serrait sa copine dans ses bras. Même s'il était un garçon, Allen trouvait qu'il était plutôt mignon, ce qui eu le don de l'effrayer encore plus. Il la regarda tandis qu'elle lui offrait un sourire malicieux. Il pencha la tête sur le côté pour mieux l'observer, car il craignait quand même ses pensées, puis détourna la tête vers un autre côté, gêné par le regard et le sourire que Hatsu lui portait et qu'il ne comprenait désespérément pas. Par pur égoïsme, il en était conscient, pour se rassurer surtout, il serra encore plus la jeune fille contre son torse, comme s'il ne voulait la céder à personne. Et c'était vrai, il ne voulait la céder à personne, il la voulait et qu'elle soit toujours près de lui. Mais son propre égoïsme le dégoûtait, et quand il vit le regard surpris et troublé de sa bien aimée, il ne pu que lui lancer un regard triste.
Il était désolé, il aurait voulu s'excuser auprès d'elle mais n'en fit rien, et préféra éviter son regard. Il posa ensuite délicatement sa tête contre l'épaule d'Hatsu et respira à grandes bouffées son odeur tandis qu'il fermait les yeux. Il était conscient que cela devait être gênant pour elle mais, il n'avait pas pu s'en empêcher. Il voulait sentir son odeur depuis le début de la soirée, et quand celle ci traversa ses narines, remonta à son cerveau, son cœur s'accéléra malgré le profond apaisement qu'il éprouvait à se trouver à ses côtés. Depuis combien de temps dansaient-ils, déjà? Il savait que Hallelujah était longue, mais il ignorait à quel moment de la chanson on en était. Tant pis, cela n'avait pas d'importance. La seule chose qui comptait était qu'elle continue encore et encore pour qu'il puisse à rester à ses côtés autant que possible.

Et pourtant la chanson se termina quelques secondes plus tard, sur la voix du chanteur et des dernières notes de guitare. Allen ne voulait pas lâcher Hatsu, il ne voulait pas la laisser, il ne voulait pas qu'elle dégage ses bras de son cou, il ne voulait pas ne plus pouvoir sentir son odeur. Il enleva ses bras du tour de la taille de l'être qu'il aimait tant. Elle leva la tête, plongeant son regard dans le sien. Il la regarda de ses yeux, l'admira, et pourtant sur ses yeux se dessiner une importante amertume, une tristesse profonde et sans limite, comme si son cœur venait de se déchirer. Il ne comprenait pas lui même pourquoi d'un coup il s'était senti comme las, comme s'il voulait dormir pour ne plus affronter l'affreuse vérité qui s'imposait à lui. Pour lui, il ne la méritait pas, et il avait tellement peur de la réponse qu'elle lui apporterait qu'il en frissonnait déjà. Il la regarda encore, et tandis que la chanson changeait complètement de style pour lancer un rythme endiablé, il s'empara de sa main et l'entraîna loin de la piste, dans un endroit où ils seraient un peu plus au calme. Près des buffets, la sono ne leur tuant pas les oreilles, à un lieu où ils ne seraient pas bousculés par la foule turbulente et pas éblouis pas les projecteurs. Là où ils étaient, la lumière des spots n'éclairaient que des parsèmes et bien qu'Allen apercevait très bien Hatsu à ses côtés il avait du mal à distinguer son expression et ce qui l'entourait, mais il sentait très bien son hésitation et sa respiration haletante. Il se mordit la lèvre, lâcha aussitôt sa main comme si elle l'eut brûlée, mais en réalité il n'en était rien. La chaleur qui l'accompagner était tellement agréable qu'il aurait voulu la garder toute sa vie dans ses mains, mais il préféra ne pas la tenir car cela aurait été gênant.

- «  Je... »

Il hésita, sachant très bien qu'il allait buter sur ses mots. Il la regarda dans le peu de lumière qui l'éclairait et s'en voulant, se mordit encore plus ardemment. Il s'approcha d'elle pour mieux l'apercevoir, et ferma doucement les yeux tandis que son cœur battait la chamade. Il les rouvrit alors après avoir pris une grande inspiration. Il avait réalisé quand il avait vu ce couple. Il devait lui dire, même s'il craignait la réponse comme la peste. Il devait lui dire parce qu'il ne supportait pas son égoïsme et qu'il ne voulait pas la blesser.


- «  Hatsu, il faut que je te parle. » dit-il avec jamais autant de sérieux qu'il n'avait prononcé une phrase.

_________________
"Je sais ce que nous sommes mais moi, je veux être un destructeur qui sauve des gens."


KIDA'S BAAANG&Membre du club des joyeux écrivains de mahora.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hatsu

avatar

Féminin Nombre de messages : 375
Age : 24
Amour ? : Allen, Et cela Pour toujours, non ? :)
Date d'inscription : 06/01/2009

Feuille de personnage
Classe: Magicien
Particularités/pouvoirs: Magie du vent (Pour l'instant, non maitrisé)
Sang: Demi-elfe

MessageSujet: Re: Pour toujours ? (PV Allen)   Mar 9 Mar - 18:49

(Alors j'ai pas beaucoup avancé l'histoire, mais comme c'est un moment crustial dans la vie d'Allen et Hatsu j'y vais doucement. Et je sais pas si tu veux qu'Allen le dise ou non, alors j'ai fait quelques choses de plutôt neutre xD. Désolée aussi : C'est court. Mais bref, bonne lecture je t'aime <3)


Hatsu souriait à Allen comme elle avait toujours fait avec tendresse, mais celui ci ne le lui rendit pas et détourna les yeux vers sa gauche. Elle fut surprise, elle sentait bien que quelques chose n'allait pas, mais lui poser la question aurait été déplacé, elle se résigna donc à se taire bien qu'elle commençait à se sentir mal. Ce n'était qu'un regard qu'il lui avait rendu, qu'un regard vide et sans expression. Il n'avait jamais agit ainsi et c'est pour cette raison qu'elle commençait à s'imaginer des milliers de chose qu'elle avait put faire pour l'énerver ou le blaisser. Elle respira profondément, gênée. Plus elle pensait à lui et plus elle se sentait triste, elle n'avait jamais éprouvé cela pour Allen, elle avait toujours été heureuse en sa présence et elle compris alors qu'un malaise c'était installé entre eu deux. Elle se mordit les lèvres avec violence, en tentant d'oublier que quelques chose n'allait pas, mais cela n'y fit rien. Soudainement, elle sentit Allen la serrer plus fort contre lui, entourer un peu plus fermement sa taille de ses bras. A quoi pouvait il bien penser ? Leurs regards génés se croisèrent. Allen avait l'air si triste. Elle le serra elle aussi très fort dans ses petits bras, en souriant légèrement, non pas par moquerie mais pour essayer de se convaincre que tout allez bien. Elle tenait entre ses petites mains la chemise d'Allen légèrement trop grande pour lui. Il posa sa tête sur l'épaule d'Hatsu avec tendresse, elle releva les yeux un peu surprise, puis fit de même et se serra contre lui.
Elle écoutait la musique en fermant les yeux, elle appréciait cette chanson et elle savait qu'à chaque fois qu'elle l'entendrait à l'avenir, elle penserait à lui. Elle essaya de se concentrer sur ce fait, pour oublier l'air triste qu'il lui avait montré. Elle respirait lentement son odeur, en serrant ses petites mains autour de son cou avec amour.

La musique tournait, les jeunes dansaient doucement, des couples se formaient, d'autres riaient, se rendaient à des stands vendant éventails et artifices, Hatsu le remarqua seulement à cet instant, que cette fête était faites pour s'amuser. Elle releva donc la tête, sur les dernières notes de musique, en souriant comme si de rien était, avec joie. Mais Allen n'avait pas l'air de le remarquer, et une fois de plus ne le lui rendit pas. Il la serra une dernière fois contre lui avant de la lacher définitivement. Elle, garda ses mains autour de son cou pendant quelques secondes, mais voyant qu'il regardait autre part, elle les laissa tomber en baissant la tête. Elle avait de plus en plus l'impression de l'ennuyer, elle se pinça en se promettant d'être intéressante par la suite. Quand elle releva les yeux vers lui, il tourna aussi les siens vers elle. Ils se regardèrent pendant quelques secondes sans rien dire, de la même manière. Puis Allen eut comme un sursaut, comme s'il venait de comprendre quelques chose. Il pris Hatsu par la main, et la tira parmi la foule. Elle se laissa embarquer. Elle avait remarqué qu'il avait inconsciemment sourit, et cela lui fit plaisir, lui remonta le moral. Elle le regardait de dos, pousser les jeunes sans même s'excuser, elle trouvait cela à la fois adorable et drôle, elle voulut rire mais vu les regards qu'il lui avait lancé un peu plus tôt elle s'en retint.

Finalement, ils arrivèrent derrière un stand de bracelet brésilien et près du buffet. A cet endroit, il faisait plutôt sombre, mais quelques cercles de lumière rose dansaient sur leur visage créant une atmosphère douce et romantique. Hatsu regarda autour d'elle avec curiosité, à gauche et à droite, il y avait quelques arbustes feuillus et deux ou trois bouleaux. Puis elle se tourna vers Allen, qui lui avait laché la main. Elle appercevait difficilement son visage, et n'arrivait pas à définir quelle expression il pouvait avoir. Les petits cercles roses passaient sur son visage, avec lenteur, au rythme de la musique qu'ils avaient en fond sonore. Elle respira lentement en fermant les yeux, puis pris une grande inspiration et alors qu'elle s'apprêtait à prendre la parole, il lâcha :

- « Hatsu, il faut que je te parle. »

Il tourna la tête vers la fête, comme s'il hésitait à continuer. Elle le regarda étonnée et attentive, les yeux grand ouvert. Il tourna de nouveau le regard vers elle, sans qu'elle puisse décrypter l'expression qu'il arborait. Il ne disait rien, elle avait beau attendre il n'ouvrait pas la bouche. Elle n'arrivait presque pas à voir ses yeux et n'était donc pas sure qu'il la regardait, elle hésita un instant avant de s'approcher de lui, d'un pas. Le bout de leurs pieds se frôlaient. Elle regarda ses chaussures quelques secondes, avant de relever les yeux vers lui. Son cœur fit un bon, quand elle vit le léger sourire timide qu'Allen lui donnait. Il avait enfin l'air heureux, du moins plus que précédemment. Elle lui rendit son sourire immédiatement, c'était peu, mais cela la rendait très joyeuse. Elle lui souria encore plus intensément, en le regardant dans les yeux, sincèrement.

- « Est ce que je peux te faire un VRAI câlin, maintenant ? »

Elle n'aurait su dire s'il avait eut l'air surpris mais cela importait peu, elle l'avait pris dans ses bras, et serré de toute ses forces avec une infinie tendresse. Elle avait mis sa tête dans son cou et avait respiré son odeur. Enfin. Enfin elle était bien dans ses bras, enfin le fait de sentir qu'il la serrait contre lui la rendait heureuse. Il avait attendu quelques secondes avant de l'entourer à son tour de ses bras, et de la serrer contre son cœur. Même s'il restait un peu de tristesse dans son coeur, elle espèrait bien la faire disparraître définitivement. Cette fois ci c'était bien diffèrent de la dernière fois, pendant qu'ils dansaient tout à l'heure, quelques chose clochait c'était comme s'ils avaient eut la tête ailleurs, mais cette fois ci elle ne pensait qu'à lui et à son bonheur. Rien d'autre, rien d'autre. Seulement lui près d'elle, seulement elle près de lui, seulement le plaisir d'un instant partagé à deux, seulement comme tout ces sourires qu'il lui avait lancé dans le passé, seulement comme le fait de pouvoir tomber amoureuse du premier coup d'oeil.
Il la tenait doucement, comme si elle était très fragile, comme s'il faisait attention à elle plus qu'à n'importe qui. Elle passa ses petites mains dans le dos d'Allen, affectueseument. Elle en oubliait presque la fête, et la musique qui tournait avait l'air très loin, vraiment très loin, ainsi que tout ces jeunes qui dansaient en riant, elle était comme sur un nuage. Rien n'aurait put les séparer en cet instant, Hatsu le savait. Elle ferma les yeux, en souriant.

-« Aaah je me sens si bien, là. »

Elle le serra encore de ses petits bras, avec affection. Elle était heureuse, et espérait qu'il l'était aussi. Elle souriait, les yeux fermés, la tête posée sur son épaule, elle aurait voulu que ça ne s'arrête jamais. Elle pensa à toute les choses qu'ils pourraient faire ensemble à l'avenir, elle ne voulait plus jamais être malheureuse pour ceci ou pour cela et elle savait que dans ses bras ce ne serait plus jamais le cas, elle savait qu'il était le seul à pouvoir réaliser tout ces vœux et elle était infiniment heureuse de pouvoir le serrer contre elle aussi fort et avec tant d'amour, parce que c'était surement la seule chose qu'elle aurait aimé faire en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allen Walker
PP-makers
avatar

Masculin Nombre de messages : 1843
Age : 25
Localisation : Quelque part en train d'écouter de la musique
Loisirs : Manger, écrire, lire, dessiner, écouter, composer... Rêver.
Amour ? : Hatsu <3
Date d'inscription : 05/08/2008

Feuille de personnage
Classe: Arme Humaine
Particularités/pouvoirs: Bras se transformant en une énorme main ou en une épée-canon.
Sang: Humain amélioré

MessageSujet: Re: Pour toujours ? (PV Allen)   Dim 14 Mar - 17:56

[ C'est vraiment pas très long, mais je pense que ça suffit. <3 MUSIC ]

Juste quelques mots. Puis plus rien.

Une baisse de tension peut-être. Le relâchement de ses membres. La peur qui s'accentuait pourtant et qui faisait battre son cœur de plus en plus vite, tellement fort que c'en était insupportablement douloureux.

Aucun mot ne sortit plus de sa bouche. Il tourna la tête ailleurs, la main sur la bouche, visiblement embarrassé. Il espérait du fond de son âme qu'elle ne puisse pas le voir à travers la sombre et triste lumière qui les éclairait. Peut-être ne voyait-elle pas à quel point il souffrait de sa présence et à quel point il s'en voulait à lui même. Combien il s'infligeait de blessures rien que par le biais de ses dents aiguisées sur ses lèvres blafardes, pour elle. S'en suivit un silence. Long, long, long. Tellement long qu'Allen perdit la notion du temps, et respirait aisément les odeurs qui arrivaient à ses narines, sans se poser la moindre question. Il ne savait plus que faire. Il avait pourtant prononcé des mots. Cependant la suite ne voulait pas sortir et tout ce à quoi cela avait servi était de tourmenter Hatsu. Il était si petit. Si médiocre. Si stupide. A cet instant, il se détestait plus que quiconque.

Le jeune homme entendit alors un bruit. Vers lui. Presque imperceptible. Sa cavalière avait fait un pas pour le rejoindre. Ses joues s'empourprèrent subitement. Il n'avait pas remarqué qu'ils étaient si proches, et quand elle leva la tête, il se fit emporter par son regard. Un sourire, magique et inévitable, s'esquissa sur son visage. Et comme par réflexe, tout naturellement, s'en dessina un magnifique et impénétrable sur celui de sa compagne. Il aurait bien cru qu'il aurait pu en mourir. Elle était si belle qu'il oubliait tout autour de lui et qu'il eut peine à entendre les mots qu'elle lui adressa.

- « Est ce que je peux te faire un VRAI câlin, maintenant ? »

Hein? Il n'avait pas tout de suite compris le sens. Mais dès que les bras chaleureux de la jeune fille l'avait serré il s'était laissé aller. Il l'entoura à son tour de ses bras maladroits et la colla contre lui. Il était trop heureux d'être là pour se rendre compte qu'il avait totalement oublié pourquoi il s'était senti mal. Il ressentait toute la chaleur du corps d'Hatsu contre le sien. C'était bien trop agréable. Comme si un tourbillon de sentiment l'emportait bien loin de là où il se trouvait vraiment. Loin de ses gens qui dansaient et s'amusaient tout près. Loin de la musique en folie. Loin des odeurs de feu de bois, de sapin et de parfums. Loin de tout ce qui se trouvait être le bal. Il se sentait tellement bien, que s'il était mort à cet instant, il aurait été heureux.

-« Aaah je me sens si bien, là. »

Cela traduisait parfaitement ce qu'il ressentait. Il ne dit rien. Ferma les yeux. Sentit l'odeur des cheveux de la jeune fille et passa sa main dans ceux ci. Il se laissa emporter. Il se dégagea doucement après quelques minutes d'étreintes acharnées et la regarda droit dans les yeux. Au plus profond. Puis il l'embrassa sur le front sans même s'en rendre compte.

Il ne constata ce qu'il avait fait que quelques secondes après. Il devint alors rouge pivoine. Il était honteux, baissa la tête, se tourna. Il tenta vainement de bégayer quelque chose. La seule phrase qui sortit de sa bouche minaude fut « Je. Désolée. Suis. Pas... fais exprès... pardon... enfin.. non rien... » . Il fut encore plus gêné après quoi. Dans sa tête, ses pensées s'embrouillaient. Il ne savait plus que faire. Que dire.

Il jeta un regard discret derrière lui et aperçut Hatsu. Elle le regardait plutôt surprise. Puis elle lui fit un grand sourire dont elle avait le secret et il s'apaisa. Il retourna la tête droit devant lui. Gêné. Il agrippa sa main dans la sienne et l'entraîna vers les stands. Il lui faisait face de dos et trouvait ça lâche mais... Il n'avait pas le courage de la regarder en face.

- « Désolé de t'avoir embêtée avec tout ça. »

Il ne put dire que ceci, mais il en fut tout de même bien heureux. Cela faisait beaucoup de temps qu'il n'avait pas dit quelque chose de correct et cela, sans paraître beaucoup, éclaircissait un peu le tout. Il arriva devant un stand de tirs et le jaugea du regard, tandis qu'Hatsu, sur ses talons s'arrêtait à côté de lui, sa main toujours accrochée à la sienne. Il rougit un peu et lui fit un grand sourire adorable tout en lui désignant du doigts les nombreux stands qui se présentaient à eux.

- « Regarde! On va pouvoir faire pleins de choses. Pour l'instant je n'ai pas spécialement envie de danser. Et puis on est là pour s'amuser, pas vrai? »

Il rayonnait à présent. Il resserra l'emprise de sa main et l'emmena un peu plus loin. Il s'arrêta devant un stand de pêche à canards en plastiques particulièrement mignon. Il ne put retenir un petit « oh! » de constatation, puis voyant le regard que lui adressait sa cavalière, il rougit de s'être laissé ainsi emporté. Il ne se justifia pas. Il eut trop peur de se perdre dans ses propres mots. Alors il continua de marcher tout doucement, sous le fond de la musique d'un slow qui provenait du lointain.

- « Oh! A ça je suis complètement nul... A chaque fois que j'essaye d'attraper un truc, la pince bloque et repart! »

Il s'était arrêtait à une machine où l'on doit tenter d'attraper des peluches, mais cette fois c'était des petites boîtes, dont il ignorait le contenu. Cela titillait sa curiosité.

Il observa Hatsu. Elle paraissait plutôt amusée et touchée. Son cœur battait toujours vite. Mais il était tellement heureux d'être là que cela n'avait aucune importance. Plus rien n'avait d'importance, de toute façon. Il y avait juste deux mots qui sifflaient dans sa tête comme des conseils. « Tant pis » « Tans pis » « Tant pis ». Tant pis s'il se rendait ridicule. Il lui adressa un grand sourire et tout en fouillant dans sa poche il déclara.

- « Mais je peux toujours essayer, je n'ai rien à perdre. »

Il inséra une pièce dans l'endroit pour, et posa ses mains sur les manettes.

_________________
"Je sais ce que nous sommes mais moi, je veux être un destructeur qui sauve des gens."


KIDA'S BAAANG&Membre du club des joyeux écrivains de mahora.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour toujours ? (PV Allen)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour toujours ? (PV Allen)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]
» Pour toujours, c'est un temps très, très long, et le temps a une façon bien à lui de changer les choses...
» Rien ne disparaît pour toujours ~ IlHan
» J’aurai voulu te garder dans mes bras pour toujours mais l’éternité m’aurait paru trop courte. ? Caëlyn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Imata - Le quartier commerçant :: La place d'Imata-
Sauter vers: